Blog 2021 09 : La taille des arbres fruitiers : acharnement ou nécessité ?

À la fin de l’hiver la taille des arbres fruitiers bat son plein. Certaines personnes, qui voient nos arbres fruitiers conduits en formes fruitières, palissées ou non, sont inquiètes et nous reprochent même parfois de faire subir à nos arbres de mauvais traitements : « Vous les empêchez de pousser ! » … En cette saison de taille, c’est le moment de faire la part des choses. Car tailler un arbre, ce n’est pas seulement manier des sécateurs. C’est aussi imaginer et rêver l’arbre à venir et sa récolte. La taille des arbres fruitiers est un exercice d’anticipation et c’est ce qui le rend si fascinant.

Pourquoi tailler les arbres fruitiers ?

Pour simplifier, il existe trois catégories de taille : formation, fructification et régénération. Chacune répond à un besoin bien particulier de l’arbre fruitier. Selon que l’on cherche à effectuer l’une ou l’autre taille, on ne supprime pas les mêmes choses, ni au même moment : voici quelques exemples :

La taille de formation et le contrôle de la dominance apicale

Il s’agit d’aider l’arbre à construire une charpente équilibrée. Cette taille s’effectue pendant les premières années de croissance. On choisit les branches qui deviendront les charpentières et on les raccourcit régulièrement pour leur permettre de se renforcer. Il s’agit donc de ne pas laisser les arbres s’emballer et de contrôler la dominance apicale.

Grâce aux acquis récents de la biologie végétale on a enfin compris certaines recommandations des anciens : ils avaient noté que certains principes de taille permettaient de bons résultats mais en ignoraient la cause. La découverte du rôle des hormones est venue éclairer la lanterne des jardiniers. En particulier, on a établi qu’une hormone de croissance, l’auxine, permet aux arbres de pousser en hauteur mais inhibe le développement des branches secondaires. L’auxine est localisée dans le bourgeon apical, d’où le nom ‘dominance apicale’. Tant que ce bourgeon apical est présent, les bourgeons axillaires ne peuvent pas se développer (ci-dessous, schéma de gauche). En revanche si on raccourcit l’axe, on supprime le bourgeon apical et les bourgeons axillaires se développent, donnant naissance à des rameaux (schéma de droite). Cette taille est donc cruciale pour le développement harmonieux de la structure de l’arbre.

Il est donc souhaitable, dès l’achat d’un arbre, de veiller à l’ordonnancement des branches et, en particulier de supprimer celles qui sont mal orientées et de permettre à des branches secondaires de se développer sans laisser l’arbre ‘filer’ vers le ciel.

Arbre en pépinière, à former

La taille de fructification 

Ce qui préoccupe ici le jardinier, c’est d’obtenir une belle récolte, ni trop (pour éviter l’alternance) ni trop peu… quand même ! Le principal souci sera de répartir le flux de sève et parfois de freiner un peu les arbres car, en arboriculture fruitière, vigueur est synonyme de bois et faiblesse, de fruits.

Favoriser l’induction florale :

L’induction florale est le principe par lequel un bourgeon se met à fruits. Pour cela, il faut que la sève circule très lentement à travers toutes les ramifications de l’arbre. Lorsque les bourgeons ont fait place à de jeunes rameaux, une grande partie de la sève est utilisée pour faire grandir ces rameaux. Selon le principe de la dominance apicale, le bourgeon terminal, qui reçoit de la sève en abondance, part à bois, ainsi que le second bourgeon, si le rameau est vigoureux. Le troisième bourgeon (le second si le rameau est faible) reçoit nettement moins de sève et se met en général à fleurs.
Le schéma ci-dessous explique le principe de la taille dite ‘tri gemme’ : elle consiste à anticiper comment les bourgeons se développeront, puis de raccourcir chaque branche en ne laissant que la longueur nécessaire pour qu’un bourgeon à fleurs se développe au printemps suivant. Le croquis de gauche montre le développement de la branche si aucune taille n’est effectuée, celui de droite montre ce qu’il advient avec la taille tri gemme.

On constate que le principe s’applique aux pommiers et poiriers, mais aussi aux autres arbres fruitiers, les cerisiers par exemple. Les photos ci-dessous présentent un rameau de pommier (à gauche), de cerisier (au centre) et de poirier (à droite). Dans chaque cas, on constate que les extrémités des rameaux sont à bois et que des bourgeons à fleurs se sont formés en amont.

(Pour plus d’informations sur le rôle des hormones dans ces processus, nous vous proposons de vous référer au livre de Brian Capon ‘La Botanique pour Jardiniers’ (Belin, 2005) )
Il semblerait également que la suppression de l’auxine laisse la place libre à une autre hormone, la gibbérelline, qui favorise l’induction florale.

Atténuer l’alternance

Une autre raison pour laquelle on taille les arbres consiste à réguler le flux de sève entre les parties en croissance de l’arbre (les nouveaux rameaux) et les parties fructifères (les organes à fruits, bourgeons à fleurs et petites coursonnes). Faute de tempérer cette croissance, les récoltes ‘alternent’ : une année, l’arbre produit de nombreux fruits, l’année suivante, presque rien, puis de nouveau une grosse récolte, puis rien, etc.

On élimine donc au printemps les fleurs en surnombre en taillant chaque coursonne au dessus du premier ou du second bouquet de fleurs. Les arbres de haute tige se prêtent mal à l’exercice car de nombreux bouquets sont hors de portée, alors on se contente des branches accessibles, c’est déjà autant de peine évitée à l’arbre.

La taille de régénération

Quand les arbres vieillissent, deux phénomènes caractéristiques se produisent. La structure de l’arbre devient illisible et de nouveaux axes se développent.

Simplifier la structure de l’arbre :

L’arbre produisant chaque année de nouveaux rameaux, il vient un moment où, faute de taille de nettoyage chaque année, on se trouve face à un véritable fouillis de branches. Cette situation est préjudiciable car l’enchevêtrement des branches empêche l’air de circuler dans l’arbre et le soleil d’éclairer les fruits.

Quelles branches garder, quelles branches supprimer ? Un principe très simple consiste à supprimer toutes les petites branches qui poussent sur ou sous les branches charpentières, de façon à ne conserver que les branches latérales et à reconstituer des strates entre lequel l’air pourra circuler librement, comme montré ci-dessous, l’arbre avant et après taille.

Mais il faut veiller à respecter la vitalité de l’arbre. Si on supprime en une seule fois trop de ramure sur un pommier vigoureux par exemple, l’arbre réagit en émettant de nombreux bourgeons qui se transforment en rameaux érigés sur le dessus de l’arbre. Celui-ci prend alors une allure caractéristique ‘en brosse’. Il faut donc prendre garde à l’équilibre de l’arbre et, en particulier, tailler le bout des branches sur des fourches latérales pour leur permettre de s’allonger et empêcher la formation de manivelles verticales. Les photos ci-dessous montrent la réaction d’un arbre à une taille excessive et où les branches charpentières ont été rabattues sans précaution : l’arbre vu dans son ensemble à gauche, les gourmands en gros plan à droite. Le schéma du milieu explique le principe des manivelles.

Avant de commencer à tailler un arbre, il faut donc l’observer et réfléchir à la répartition de la sève et à ce que l’arbre peut faire, en fonction de sa variété. Si on cherche à trop restreindre l’espace d’une variété vigoureuse, la sève de l’arbre sera distribuée à un trop petit nombre de branches et transformera tous les yeux à bois et les dards en bourgeons. L’arbre poussera et on aura de beaux fagots l’année suivante !

Inversement, si l’on cherche à imposer une grande forme à une variété faible, il lui faudra trop de temps pour remplir cet espace, à supposer qu’elle y arrive. Le raisonnement pour les arbres fruitiers est donc le même que pour les arbustes d’ornement : l’espace consacré à chacun doit varier en fonction de sa nature, de la vigueur de la variété et de la richesse du sol.

Choisir les nouveaux axes :

Quand l’arbre est trop chargé de fruits, il ploie et les branches charpentières se courbent jusqu’au sol. Lorsqu’une branche commence à s’incliner vers le sol, une nouvelle pousse apparaît sur le dessus de la branche et se renforce très vite en un rameau assez puissant, appelé ‘gourmand’. Si l’on n’élimine pas cette pousse à la base, elle se développe en un nouvel axe qui absorbera une grande partie du flux de sève de l’arbre. Il s’ensuit (toujours selon le principe de la dominance apicale) une déperdition d’énergie pour les autres branches de l’arbre et le dépérissement des branches les plus basses.

La taille de régénération va donc consister à choisir entre deux possibilités :

  • restaurer les branches existantes en évitant le développement de nouveaux axes, c’est à dire en supprimant à la base tous les gourmands, ou
  • considérer que les branches existantes sont trop abîmées et les supprimer au profit de nouveaux axes que l’on choisira parmi les gourmands. En effet, une nouvelle pousse n’est un gourmand que tant que l’on n’a pas décidé de la conserver pour former un nouvel axe.

Et voilà le résultat (avant et après taille) !

Comment tailler ?

Une méthode analytique pour choisir ce que l’on taille

On le redit aux stagiaires à chaque atelier : on ne taille une partie d’un arbre que lorsque l’on a énoncé la raison pour laquelle on souhaite la tailler. Si on n’applique pas ce principe on ne taille pas, on raccourcit… et on fait des bêtises !

Pour s’entraîner, on peut procéder de la façon suivante : on part du pied de l’arbre fruitier que l’on va tailler, on remonte tour à tour le long de chaque branche principale (charpentière) et on énonce tous les organes végétaux que l’on reconnaît le long de la branche : une coursonne, un rameau, une brindille, couronnée ou non, un gourmand… On rentre ensuite dans le détail : sur cette coursonne, il y a un dard, un bourgeon (à fleurs ou à fruit ?), une lambourde, etc. Cet exercice permet ensuite de sélectionner ce qu’il convient de tailler ou de conserver sur l’arbre.

Ceci paraît bien simple à réaliser, pourtant il faut une certaine pratique pour évaluer rapidement les organes qui se trouvent sur chaque partie de l’arbre. On oublie de prendre en compte un bourgeon à fleurs, pourtant bien gonflé, mais peu visible sous un certain angle, un jeune rameau bien placé pour rajeunir une coursonne délabrée, etc.

Prendre soin de ne pas blesser les arbres

Une branche bien taillée doit cicatriser vite et un bourrelet de cicatrisation se former durant la saison. Ceci empêche la fixation sur la surface de coupe d’éléments nocifs, comme des spores de champignons, ou l’installation de certains insectes.

Voici ci-dessous quelques exemples de tailles mal exécutées. A gauche, une branche où le bourrelet se forme mal, au centre une branche taillée trop court au-dessus du bourgeon à fleurs et qui compromet son avenir, à droite une taille ayant laissé un onglet qui se nécrose.

On taille donc sans laisser d’onglet. Cependant, selon les besoins, on peut tailler une banche à ras, en prenant soin de ne pas endommager le col, ou ‘à l’épaisseur d’un écu’, pour permettre à une autre branche de repartir à partir des yeux qui se trouvent dans les plis du col.

Dans tous les cas, on cherchera à obtenir une cicatrisation rapide, matérialisée par un bourrelet de cicatrisation, quitte à supprimer soigneusement tout onglet résiduel (photo de gauche). Et parfois, on a la (bonne) surprise de voir apparaître un bourgeon à fleurs tout à côté du bourrelet (à droite).

Quand faut-il tailler ?

Pour répondre à cette question, il faut examiner le but recherché par la taille, ou plutôt par chaque type de taille car il en existe plusieurs au long de l’année. Si la plupart des jardiniers pratiquent la taille d’hiver, ou ‘taille en sec’, ils ignorent le plus souvent qu’il existe aussi les ‘tailles en vert’, des tailles à proprement parler (au sécateur), les pincements et les cassements. Et contrairement à certaines idées reçues, ces tailles sont aussi utiles pour les arbres que la traditionnelle taille d’hiver.

Tailles d’hiver / tailles d’été

La taille d’hiver ou taille ‘en sec’ :

C’est une taille que l’on pratique quand la circulation de sève est ralentie dans l’arbre. Ceci permet d’effectuer de grosses tailles (suppression de charpentières ou d’axes) sans mettre en péril la vie de l’arbre par un épanchement rapide de sève. La taille d’hiver est donc avant tout une taille de formation pour les jeunes arbres et de restauration pour les arbres âgés. En revanche, elle concerne peu les arbres adultes.

Pour les arbres à pépins, elle se fait pendant le repos de la végétation, de la fin octobre à la fin mars, et, plus généralement en février ou mars. Mais il ne faut pas tailler quand il gèle ni lorsque le bois est couvert de givre. En effet, le bois se trouvant gelé, on risquerait d’endommager l’œil le plus proche de la coupe, œil que justement, on cherche à protéger. C’est pour cette raison que l’on conseille de ne tailler les prolongements qu’après l’hiver

Pour les arbres à noyaux, pêchers, abricotiers, amandiers et pruniers, elle se pratique en automne (début novembre), après la descente de sève, c’est à dire après la chute des feuilles. Ceci permet d’éviter les épanchements de sève qui entraînent la formation de gommose et l’apparition de maladies.

Les tailles d’été ou taille ‘en vert’ :

Elles se pratiquent à partir du moment où les arbres sont en pleine végétation (début mai) et jusqu’à la fin septembre et comprennent les ébourgeonnements et pincements, les tailles ‘en vert’ proprement dites, au sécateur, et les cassements.  

De plus, pour les arbres à noyaux, on pratique également une taille de rapprochement au moment de la floraison (début avril) sur les pêchers, abricotiers et amandiers, ainsi que sur les pruniers conduits en formes fruitières.

Autant dire qu’il faut s’occuper des arbres toute l’année !

Est-il préférable de tailler tôt ou de tailler tard ?

On l’a vu ci-dessus, chaque jardinier dispose d’un large choix pour décider à quel moment il va tailler ses arbres.

Tailler tôt (en janvier ou février)permet de faire son travail tranquillement. Pour certains grands jardins, la saison des tailles commence dès janvier : il y a beaucoup de travail et trop peu de monde pour le faire. Comme noté ci-dessus, on réserve quelques touches finales (taille des prolongements) que l’on effectue plus tard en saison.

Tailler tard (en mars ou avril) permet d’éviter les jours de gel et de mettre en danger les bourgeons terminaux. Et il est plus facile de tailler lorsque l’on distingue mieux les bourgeons à fleurs de ceux à feuilles. C’est pourquoi certains jardiniers taillent encore courant avril. Alors chacun fait comme il peut. Il faut simplement se souvenir que la floraison représente un très gros stress pour l’arbre. Il est donc toujours préférable de ne pas le fatiguer pour rien et gâcher son énergie. Ci-dessous, des photos d’un pommier ‘Reinette blanche du Vigan‘ en cordon horizontal unilatéral avant et après la taille de printemps.

Si cette présentation vous a intéressé, venez découvrir l’envers du décor en participant à l’un de nos stages :

En mars : la taille d’hiver des arbres à pépins en forme libre
En mars : la taille d’hiver des arbres fruitiers palissés
En juin : la taille en vert des arbres fruitiers
En juillet : la taille en vert des arbres fruitiers à noyaux

S3 E4 Podcast : Pourquoi planter des arbres fruitiers en formes jardinées dans son jardin ?

Écouter le podcast

Poirier ‘Dr Jules Guyot‘ en tri croisillon

La fin de l’été approche et avec l’automne revient le temps des plantations. Vous envisagez peut-être cette année de planter en novembre quelques arbres fruitiers dans votre jardin. Si c’est le cas, il est temps de vous poser la question : quels arbres voulez-vous planter et, en particulier, avez-vous envisagé de planter des arbres en forme que l’on dit ‘jardinée’ qui s’oppose à la forme dite ‘libre’ ? Un fruitier en forme jardinée n’atteindra pas la taille habituelle pour son espèce. En effet, il a en général été greffé sur un porte greffe nanifiant qui l’aide à rester petit. Il peut être conduit en deux dimensions, c’est à dire adossé à un mur ou à une structure construite dans votre jardin ou en trois dimensions, en fuseau ou en gobelet par exemple.
Nous allons reprendre ces différents points, mais déjà, pourquoi consacrer une partie de son jardin à des arbres fruitiers ?

La première réponse est toute simple : pour notre santé.

Les autorités sanitaires recommandent instamment de consommer 5 fruits et légumes par jour… mais sans indiquer où les trouver pour qu’ils soient bels et bons. Or, franchement, le meilleur moyen de consommer de bons fruits, c’est de les faire pousser chez soi. Actuellement, la plus grande partie des fruits proposés dans les supermarchés viennent de l’étranger et souvent d’un autre continent. Si cela se conçoit pour ceux qui nécessitent un climat chaud, les bananes par exemple, cela est vraiment dommage pour ceux qui peuvent facilement pousser chez nous. De plus en plus de consommateurs dits ‘locavores’ souhaitent au contraire un retour à une production de proximité. Et rien n’est plus proche que notre propre jardin.

Cela permet aussi de faire des économies : le coût des fruits a flambé ces dernières années, nous empêchant de fait d’en consommer régulièrement. Les cerises, par exemple, sont devenues un produit de luxe, tout comme tous les petits fruits qui sont maintenant hors de portée : les framboises, cassis, et groseilles, très faciles à faire pousser, et bien sûr les fraises qui demandent plus de soin mais pour un résultat extraordinaire.

Une autre raison de faire pousser ses propres fruits est d’éviter les produits chimiques : De nombreux traitements phytosanitaires sont requis sur les vergers en production industrielle. Pour les pommes, on parle d’un minimum de 10 à 12 traitements par an. Il en résulte bien entendu une importante pollution des fruits, mais aussi des sols et des nappes phréatiques.

Pour avoir des fruits plus variés : Seuls sont actuellement produits les fruits qui supportent les méthodes industrielles de culture, de récolte, de transport et de conservation. De nombreuses variétés ont ainsi déjà disparu de nos étals. Avoir des fruits dans son jardin, c’est suivre le fil des saisons et déguster des fruits que vous cueillerez juste à point : des poires, raisins, figues, kakis, kiwis par exemple.

On a déjà constaté une évolution importante pour la culture des légumes : Le retour relativement récent des particuliers à la culture d’un potager s’accompagne d’une meilleure connaissance des variétés. On parle désormais de courge ‘Butternut’, de ‘Sucrine du Berry’, et beaucoup moins de potiron… Même constatation pour les tomates, pour lesquelles chaque jardinier a ses préférences. Mais les fruits n’ont pas encore connu cette évolution et les connaissances des consommateurs demeurent très sommaires et sans spécificité variétale, ce qui est vraiment très dommage pour leurs papilles.

La joie de partager des récoltes qui sont souvent trop abondantes par rapport aux besoins familiaux. L’année est souvent bonne pour certains fruits, détestable pour d’autres. C’est une nouvelle surprise chaque année. On propose donc naturellement des fruits autour de soi : à sa famille et à ses proches, aux voisins, aux amis et collègues. Selon l’adage : ‘un jardinier doit être ou vraiment peu doué ou vraiment bien avare pour ne pas avoir de quoi partager avec ceux qui l’entourent’.

Et maintenant, le sujet du jour : Pourquoi choisir de planter des arbres fruitiers à conduire en forme jardinée ?

Une première réponse, toute simple, c’est que les arbres fruitiers en forme jardinée occupent nettement moins de place que ceux en forme libre. Or c’est le manque de place qui bloque souvent la culture des fruits dans le cadre urbain ou péri urbain. 

Dans la plupart des jardins partagés d’aujourd’hui la culture des arbres fruitiers est formellement interdite et cette interdiction spécifiquement mentionnée dans le règlement. Deux reproches tout à fait légitimes sont faits aux arbres fruitiers : l’encombrement causé par leur racines dans le sol du jardin et l’ombre qu’ils projettent sur la parcelle et qui nuit à la culture de certains légumes. On a donc longtemps considéré que les deux cultures, fruits et légumes, ne sont pas compatibles. L’exemple du Potager du Roi à Versailles est une preuve éclatante du contraire, mais sous deux conditions : adopter la culture de fruitiers en formes jardinées et être très vigilant sur les espèces et variétés fruitières choisies pour limiter ombre et encombrement.

Les arbres fruitiers conduits en formes fruitières jardinées (qu’ils soient palissés ou en 3 D) sont de moindre encombrement par rapport aux arbres de plein vent, soit moins de deux mètres carrés pour un pommier ou un poirier palissé et trois mètres carrés pour un cerisier. Un peu plus de place pour les arbres en gobelet, environ quatre mètres carrés pour un beau pommier ou un prunier en gobelet mais seulement trois mètres carrés environ pour un poirier en fuseau. Ces formes conviennent donc à des jardins de petite taille, au centre de villes moyennes ou à dans des jardins de banlieue. Ils conviennent également à toutes les trames vertes crées par les municipalités, si petites soient elles. Dans un jardin où il n’y aurait de place que pour un seul cerisier de plein vent, on peut facilement planter et conduire six à dix fruitiers palissés tout autour du jardin. Et il restera de la place pour un petit potager et un espace d’agrément ou de jeux.

Côté racines, pas de miracle, leur développement est limité par le choix de porte greffes nanifiants qui conviennent aux arbres en haie fruitières. On vérifiera donc soigneusement l’identité du porte greffe de l’arbre, quitte à attendre la saison suivante si la variété recherchée n’est pas disponible sur le bon porte greffe.

L’emplacement des arbres et leur forme fruitière seront choisis en fonction de l’exposition de la parcelle et des besoins du potager.

La ‘miniaturisation relative’ de ces fruitiers en limite de jardins ou en haies fruitières basses au milieu du jardin permet de faire pousser un grand choix de fruits pour alimenter la table familiale: Un choix judicieux des espèces et variétés permet de faire durer ce plaisir une bonne partie de l’année. On peut ainsi proposer aux jardiniers urbains différents exemples types, modulés selon la taille de leur jardin, ses conditions édaphiques (c’est-à-dire le type de sol, l’ensoleillement, la pente du jardin, etc.), l’existence ou non de murs pour accueillir des palissages… et les goûts des propriétaires. Les jardiniers manquent parfois d’idées parce qu’ils ignorent que de nombreuses espèces fruitières se palissent ou se cultivent sans souci en buissons bas. Ils pensent aux pommes et aux poires bien sûr, mais ignorent les cerisiers, abricotiers, cognassiers, pruniers, pêchers, figuiers, et plaqueminiers (kakis) qui supportent très bien d’être guidés contre un mur ou en buisson. Sans compter les treilles de raisins ou d’actinidias (kiwis) qui occupent, elles aussi, bien peu de place.

La quantité de fruits produite peut être tout à fait considérable même sur un espace très réduit. Un plaqueminier (l’arbre qui produit les kakis) conduit en buisson, par exemple, donnera aisément quelques dizaines de kilos de kakis pour un encombrement au sol de moins de 5 mètres carrés. C’est un bon exemple de la différentiation alimentaire permise par cette culture : des fruits qui mûrissent en fin d’année, en relais de la saison des poires, et un apport de vitamine C. Sans compter la qualité ornementale au printemps, en été et en automne de cet arbuste qui s’accommode de nombreuses formes fruitières, tant palissées qu’en buisson ou gobelet.

Même si vous disposez de beaucoup de place dans votre jardin, vous pouvez envisager de cultiver quelques arbres en forme fruitière car les fruits obtenus sur ces arbres sont de meilleure qualité gustative. Leur calibre est amélioré car la petite taille des arbres permet un accès facile à la ramure et facilite donc l’éclaircissage des fruits après leur nouaison. Et ces fruits présentent des qualités organoleptiques bien supérieures à celles des fruits du commerce, souvent cueillis bien avant maturité. Leur conservation naturelle est également améliorée par les cueillettes échelonnées que vous pourrez pratiquer très facilement puisque les fruit sont à portée de main. Dans certains cas, pour les poires par exemple, on sur-cueillera les fruits qui mûriront tranquillement à l’abri. Ceci n’est pas possible en production agro-industrielle qui a besoin de fruits assez durs pour être stockés et transportés ‘en gros’.

Si on reconnaît le bien-fondé de ces remarques on peut vraiment se demander pourquoi la reconnaissance de l’intérêt présenté par les formes fruitières jardinées dans le cadre urbain et péri urbain est si tardive? Qu’est ce qui a changé ?

Pendant longtemps, aucun besoin n’était ressenti. L’offre locale de fruits était abondante. Les consommateurs mangeaient ce qui était produit sur place. Le transport de fruits venant de régions spécialisées (pêches de Montreuil, chasselas de Pouilly sur Loire, etc.) répondait aux désirs d’une clientèle relativement nantie. Les habitudes de consommation ont changé avec l’augmentation du niveau de vie et la baisse des coûts de transport qui a permis l’arrivée sur nos tables de fruits produits dans des pays à main d’œuvre bon marché. Face à une guerre des prix, la réponse de la filière a été l’industrialisation des méthodes de production et de récolte. L’éveil des consommateurs est relativement récent et concomitant à une réelle prise de conscience écologique qui remet en cause beaucoup d’habitudes, y compris alimentaires.

Dans cet éveil collectif pour une recherche de qualité des produits, la culture fruitière a été distancée par la culture maraîchère. Le délai pour obtenir des fruits (la fameuse ‘mise à fruits’ des arbres) se mesure en années, pas en mois comme pour les légumes et cela décourage de nombreux jardiniers. De plus, quel que soit le mode de conduite des arbres, il est nécessaire de connaître un certain nombre de gestes techniques pour obtenir de bons résultats. La culture en formes fruitières jardinées apparaît particulièrement compliquée et exigeante.

Il s’agit pourtant là de préjugés regrettables car on peut facilement cultiver des arbres fruitiers en formes jardinées non régulières : Même si les formes régulières demeurent très prisées par les amateurs, il y a bien d’autres façons de jardiner un arbre que de le conduire en cordon, palmette ou fuseau. Arcatures, taille ‘à la diable’, taille ‘Lorette’ et tailles en vert sont autant de possibilités qui permettent soit d’accélérer la mise à fruits, soit de simplifier les tailles en s’adaptant simplement à la vigueur des arbustes. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces modes de conduite plus simple des arbres dans un prochain podcast. Le champ d’exploration est vaste. Les formes évoluent sans cesse, accompagnées par les recherches conduites par les arboriculteurs professionnels. Un verger de pommes aujourd’hui, par exemple, ne ressemble plus du tout à l’image traditionnelle du verger normand, composé d’arbres de plein vent aux pieds desquels broutent les vaches. Au contraire, les arbres sont conduits en haies fruitières et leur hauteur est limitée à environ trois mètres, pour respecter les critères actuels de la législation du travail. Ces vergers désormais ‘piétons’ comportent désormais des formes jardinées. Pour certaines (buissons, gobelets) il n’y a guère de différence avec les formes fruitières traditionnelles, mais pour d’autres (axes, solaxes, GT), l’attention se porte entièrement sur la productivité immédiate requise des arbres, quitte à les épuiser et à les renouveler très rapidement. En Nouvelle Zélande, on arrache et on replante les pommiers tous les 4 ou 5 ans, contre plus de 20 ans pour les arbres en conduite libre sur porte greffes moyen à faible. Une méthode productive, peut-être, mais qui ne semble guère ‘durable’.

Et justement, parlons un peu des vertus environnementales des formes jardinées

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que contrairement à des idées reçues, les arbres en forme jardinées sont très vertueux en termes d’environnement.

Tout d’abord, les soins que l’on apporte à ces arbres fruitiers améliore leur longévité. Les arbres reçoivent plus de soins et de façon plus régulière que des arbres de plein vent. C’est particulièrement vrai pour les pêchers et les pruniers, des arbres souvent bien négligés dans les jardins privés. Une taille régulière rajeunit en permanence la charpente des arbres, sans créer de grosses plaies qui sont des portes d’entrées pour les champignons et les maladies cryptogamiques. Et les branches d’un mirabellier ou d’un pêcher conduit en forme jardinée ne cassent pas sous le poids des fruits car le jardinier aura pris soin de monter progressivement une charpente adaptée au poids des récoltes futures.

Une meilleure protection contre les ravageurs (oiseaux pour les cerises, frelons sur les poires, par exemple…) car les fruits sont à portée de main du fait de la hauteur réduite des arbres. Ceci permet un ensachage facile ou la pose de filets, selon les cas. On peut également surveiller et supprimer rapidement d’éventuels parasites, le gui, par exemple.

Dans les villes, les arbres fruitiers représentent un apport intéressant pour les trames vertes urbaines : La présence d’arbres fruitiers jardinés dont le sol est entretenu de façon raisonnée permet une transition douce entre le ‘tout propre’ (le souhait d’un certain public) et la permaculture, source de vie. Là où il y a des arbres fruitiers, le béton vert des thuyas recule et les oiseaux et insectes reviennent.‘The garden’, le journal de la société royale d’horticulture britannique, a publié il y a quelques années une série d’articles sur les synergies créées par les jardins de banlieue en termes de biodiversité lorsque ceux-ci ne cherchent plus à être ‘propres’ mais vivants.[1]

La situation est très différente pour les arbres de plein vent. Ces arbres de grande taille, les poiriers des haies par exemple, sont souvent très productifs mais leurs fruits sont inutilisables. Leur grande taille empêche tout entretien régulier (taille d’entretien, éclaircissage et ensachage des fruits, récolte à la main et même traitement contre les insectes ravageurs). Les fruits tombent au sol en s’abîmant. Ils sont ravagés par les carpocapses. Or il s’agit souvent de variétés tardives (Maude, Certeau d’Automne, Beurré Clairgeau, Curé…) de grande qualité gustative mais qui ne pourront pas atteindre leur maturité car abîmés et attaqués. La quasi-totalité de la récolte est inutilisable. La situation est la même pour les pommiers de plein vent là encore difficiles à entretenir. Le manque de taille et de soins réguliers résulte en des fruits en surnombre, de petite taille, qui mûrissent mal car mal éclairés et donc de qualité médiocre. Sans parler des carpocapses. Pour un seul pommier ‘Chataignier du Morvan’, c‘est ainsi plusieurs centaines de kilos de fruits qui vont à la benne.

Voilà, j’espère que ce petit plaidoyer en faveur des arbres en formes jardinées, palissées ou en trois dimensions, vous aura donné envie de vous essayer à cet exercice. Bien sûr, comme toujours en jardinage, il vous faudra un peu de patience, mais je vous certifie que le jeu en vaut la chandelle.

Et si vous voulez quelques conseils pour choisir vos arbres, n’oubliez pas de consulter notre site, notre blog mais également le stage de novembre dédié au choix et à la plantation des arbre fruitiers.

A bientôt


[1] The Royal Horticultural Society (2012, April, May and June). Living Gardens.

S2 E6 Podcast : Taille en vert (première partie) et soins aux arbres fruitiers en été

Ecouter le Podcast

Aujourd’hui, nous allons parler des soins à apporter aux arbres fruitiers pendant l’été. Pour la plupart des jardiniers, soigner les arbres fruitiers signifie les tailler. En fait, ce mot est trop réducteur par rapport à ce que le jardinier cherche à faire. En effet, il ne s’agit pas tant de supprimer une partie de l’arbuste que de réfléchir aux flux de sève et à la façon dont ils interviennent sur la vie de l’arbre. Ainsi, tailler n’est pas toute l’histoire, loin de là. Nous vous présentons dans ce podcast quelques techniques simples qui précèdent les tailles d’été (dites tailles ‘en vert’ car le bois n’est pas encore bien aoûté) et qui aident très efficacement les arbres en cours de saison en intervenant sur les flux de sève. Il s’agit des éborgnages, des effleurages, des ébourgeonnements et des pincements. Il est également très utile d’éclaircir les fruits et de les ensacher. Dans un prochain podcast, nous aborderons la taille ‘en vert’ proprement dite, c’est à dire effectuée au sécateur.

Observons déjà le développement des arbres au cours de l’année

Comme toutes les plantes, les arbustes fruitiers passent, au cours de l’année, par des stades de développement bien identifiés et qui sont répertoriés par les professionnels. Ces stades appelés ‘phénologiques’ sont importants à identifier car à chacun d’eux correspond une sensibilité particulière de l’arbuste et donc une action possible de la part du jardinier. Je vous rappelle que ce podcast parle de jardinage bio or, en bio, on cherche toujours à prévenir plutôt qu’à guérir et il est donc crucial de prendre chaque problème à temps.

Ainsi, le moment où les bourgeons commencent à grossir, ou ‘débourrement’, est particulièrement favorable aux maladies cryptogamiques, c’est à dire les maladies causées par des champignons microscopiques ou cryptogames. En effet, les spores de ces champignons qui se sont réfugiés avant l’hiver dans les interstices entre les écailles des bourgeons  se répandent lorsque les bourgeons grossissent et écartent ces écailles avant de les faire tomber. C’est donc le moment idéal pour le jardinier pour limiter l’invasion de la maladie. On pulvérise un purin fongicide accompagné d’un traitement à base de cuivre et on enraye ainsi le développement de ces maladies bien spécifiques, principalement la tavelure et la moniliose.

De même façon, à l’éclosion des fleurs on surveillera les invasions de certains insectes que ce soit l’insecte ‘complet’, ou imago, ou l’insecte à un stade de développement intérimaire, des larves par exemple. Et cela vaut pour tous les insectes, dévoreurs ou piqueurs : chenilles de tous poils, thrips, etc.

La chronologie des dates de floraison est fixe. Il y a des années où la végétation est précoce, d’autres où elle est tardive, mais l’ordre des floraisons est immuable. Elle correspond en effet à des cumuls de lumière et de chaleur qui doivent être atteints pour que la plante s’éveille de sa dormance hivernale. Et le soleil brille également pour tous !

Ce sont les amandiers (Prunus dulcis) qui ouvrent la saison, puis les autres variétés de prunus, les pêchers (P. persica) et abricotiers (P. armeniaca), les pruniers (P. domestica) et les cerisiers à fruits (P. avium) et à fleurs (P. serrulata). Viennent ensuite les poiriers (Pyrus communis), les néfliers (Mespilus germanica), les cognassiers (Cydonia oblonga) et les pommiers (Malus domestica). Vous pouvez voir des photos de ces différents arbustes sur notre site internet.

Et, quand le mercure du thermomètre est solidement ancré dans les températures printanières, les variétés plus gélives peuvent fleurir à leur tour : les kiwis (actinidias), la vigne (vitis) et enfin les plaqueminiers (Diospyros kaki).

Maintenant, voyons quels soins il faut apporter aux arbustes fruitiers en cours de saison

Il y a bien sûr la taille d’hiver à laquelle chacun pense comme au moment privilégié pour remettre les arbres en état. Mais plutôt que de compter uniquement sur cette taille annuelle, et parfois un peu radicale, il est préférable de suivre l’arbre tout au long de l’année et de rectifier au fur et à mesure des développements parfois un peu exubérants. L’objectif est d’éviter que des éléments indésirables poussent le long de chaque branche. La stratégie est d’agir le plus tôt possible, car moins ce que l’on enlève est gros, moins l’arbre souffre et plus la cicatrice est petite. Autrement dit, on cherche à ce que l’arbre pousse ‘utile’ et pour cela, on va l’aider à guider la sève là où elle sera le plus bénéfique pour nous les jardiniers, c’est à dire pour contribuer à la formation de bourgeons à fruits. Pour les plus timides d’entre nous, ou ceux qui disposent de peu de temps, une ‘taille en vert’ proprement dite peut paraître difficile. Cependant certains gestes simples doivent être impérativement effectués durant la période de croissance.  Comme on l’explique lors du stage de taille en vert, il y a plusieurs manières d’opérer selon le moment où le jardinier a repéré un problème potentiel.

La première méthode, toute simple, est l’éborgnage

Éborgner, cela veut dire supprimer un œil.

C’est l’idéal : dès que l’on remarque qu’un œil est en train de gonfler à un endroit indésirable et va se transformer en bourgeon, on le supprime. Si on le laisse se développer, c’est un rameau qui poussera sur cette branche en moins de deux semaines. Ce que l’on appelle ‘endroit indésirable’, c’est en particulier le dessus des branches. Les rameaux latéraux forment des coursonnes, des petites ramifications d’une vingtaine ou une trentaine de centimètres qui portent des fruits. Au contraire, les rameaux situés sur le dessus des branches accaparent une bonne partie du flux de sève, au détriment de l’axe principal et se développent de façon puissante. On les appelle des gourmands. Non seulement ils absorbent une bonne partie de l’énergie de l’arbre, au détriment des autres organes, mais ils portent de l’ombre sur les autres axes de la forme fruitière et gênent donc à la fois la mise à fruits et le bon mûrissement des fruits.

Donc, dès qu’on voit un œil sur le dessus d’une branche, on le supprime avec l’ongle, on éborgne la branche. Si l’œil est déjà trop gros pour être simplement enlevé avec l’ongle, on utilise la lame du sécateur ou une serpette. Vous trouverez sur le blog de notre site, dans l’article datant de juillet 2013, des photos montrant chacun des gestes à effectuer.

On inspecte les arbres pour éborgner et on en profite aussi pour supprimer des fleurs

Supprimer les fleurs en surnombre est un travail très important et dont on parle trop peu. Cette opération est facile à réaliser, il suffit d’être soigneux et d’avoir un instrument à bouts bien pointu, une épinette par exemple ou des ciseaux à ongles. Cette opération est absolument nécessaire dans deux cas : pour épargner des arbres âgés et lorsque l’on ‘monte’ une forme fruitière.

Voyons d’abord en quoi cela épargne les arbres âgés : Produire des fleurs constitue un stress pour un arbre fruitier et utilise beaucoup d’énergie. Lorsque l’on est en train de restaurer un arbre, il n’est pas utile de laisser venir des fruits sur les branches en cours de restauration. Il vaut mieux que toutes les forces de l’arbre aillent dans la structure en train de repousser. On élimine donc une grande partie des fleurs avant même leur éclosion.

Et pourquoi par ailleurs éliminer des fleurs quand on forme un arbre fruitier ? Tout simplement parce qu’après la fleur vient le fruit. Or lorsqu’un fruit se forme sur une coursonne, un renflement, appelé ‘bourse’, se forme à la base du fruit et demeure sur la branche après la cueillette du fruit. La bourse est constituée de tissus de liège qui agissent comme un filtre sur la branche, ralentissant le flux de sève. Si on laisse éclore une fleur sur une terminaison de cordon par exemple, on permet à un filtre de s’établir sur ce cordon. Il est donc impératif d’effleurer tous les prolongements.  

Une autre situation où l’effleurage peut être d’une grande aide concerne les arbres fruitiers très productifs. Si vous connaissez bien vos arbres, vous savez lesquels ont tendance à produire des grappes de fruits. Beaucoup d’arbres fleurissent en abondance mais seuls certains produisent presqu’autant de fruits que de fleurs. La suppression des fruits en surnombre sur ces arbres vous prendra beaucoup plus de temps que l’élimination systématique de quelques fleurs par bouquet.

La seconde méthode, lorsque l’on n’a pas pu éborgner à temps, consiste à ébourgeonner ou à arracher de jeunes branches

Si l’œil n’a pas été remarqué à temps, un bourgeon se développe. Il doit être retiré bien vite. Sur une forme fruitière, cette situation est très fréquente car la sève, dont le circuit est contraint par la forme, cherche à s’échapper. L’arbuste fruitier a ainsi tendance à produire des pousses qui montent tout droit dans l’axe du tronc. Ces pousses sont d’autant plus vigoureuses que leur axe se rapproche de la verticale. Seul le prolongement de cette pousse reçoit alors de la sève. Les yeux situés à l’aisselle des feuilles ne reçoivent rien et aucune production végétale ne peut se développer. Or bien au contraire, lorsque l’on monte une forme fruitière on cherche à conduire les branches plus près de l’horizontale, pour ralentir le flux de sève et permettre à chaque bourgeon le long de l’axe d’être bien irrigué et de produir des fruits.

Lorsque l’on n’a pas remarqué à temps le bourgeon mal placé, on peut encore intervenir en arrachant le début de rameau. Il vaut mieux arracher plutôt que de tailler avec des sécateurs, car cela permet d’ôter le tissu à la base du rameau qui contient tout le matériel génétique pour former de nouveaux bourgeons. La blessure provoquée par l’arrachage n’entame que l’écorce de la branche et la zone du cambium, mais pas les couches plus profondes des tissus de la branche.

Lorsqu’un arrachage a été correctement effectué, tout le tissu de la base du rameau a été ainsi retiré et la cicatrisation se fait très rapidement. L’année suivante un bourrelet de cicatrisation s’est formé. Plus aucun bourgeon ne pourra apparaître à cet endroit. Tout au contraire, si on a taillé au sécateur, les yeux situés dans l’empâtement du rameau se développent rapidement et forment de nouveaux rameaux qu’il faudra à leur tour supprimer.

Ces actes tout simples et qui sont peut-être une découverte pour beaucoup d’entre vous ne relèvent pas du détail. Au contraire, ils sont tout aussi importants que la taille d’hiver. On évite ainsi de perdre du temps à tailler des branches mal placées qui encombrent le centre de l’arbre et empêchent la lumière de passer. Et on simplifie considérablement le travail à faire lors de la taille d’hiver. Et, encore une fois, on épargne les forces de l’arbre en empêchant le développement d’éléments inutiles et très gourmands en sève. L’arboriculteur Vercier recommande donc de pratiquer cet arrachage des jeunes pousses sur de nombreuses espèces fruitières, y compris sur des pêchers.

Les pincements

Les rameaux que l’on souhaite conserver sont eux aussi raccourcis en été. Il s’agit de contenir la vigueur de leur croissance pour ralentir la sève et mieux irriguer les bourgeons qui se trouvent à la base du rameau. Les pincements peuvent avoir lieu plusieurs fois au cours de la saison. Les premiers sont pratiqués lorsque le rameau a atteint une trentaine de centimètres (c’est p dire s’est allongé d’au moins huit feuilles) mais il est encore herbacé car aucun aoûtement n’a eu lieu. Il est donc très tendre et on peut le sectionner en le pinçant entre les ongles ou avec une épinette. Le rameau repousse et on repassera quelques semaines plus tard pour la taille en vert proprement dite.

Il y a un cas particulier qui concerne les pousses à la base des bouquets de fruits

Tout d’abord, un bouquet de fleurs se forme sur une branche de pommier par exemple. Il est bientôt suivi par un bouquet de petites pommes dont vous savez maintenant qu’il ne faut en garder qu’une et éliminer les autres. Une à deux semaines plus tard, des petites pousses apparaissent à la base du bouquet. Il y en a en général deux à quatre. Il faut les supprimer et n’en laisser qu’une seule destinée au renouvellement de la coursonne.

Un autre acte très important à accomplir en début d’été consiste à éclaircir les fruits

Beaucoup de personnes s’y refusent par peur de limiter leur récolte, mais l’éclaircissage des fruits ne réduit pas la récolte, bien au contraire. D’une part, on obtient des fruits plus gros, plus savoureux et en meilleur état. D’autre part, on en récolte tous les ans car l’éclaircissage réduit l’alternance. En effet une grosse production de fruits une année, par exemple des pommes, inhibe en grande partie l’induction florale qui permettrait la récolte de l’année suivante. Une troisième raison est liée à la façon dont les ravageurs s’attaquent aux fruits. Comme on le voit pendant le stage sur les insectes et maladies qui a lieu en octobre, le carpocapse, par exemple, pond le plus souvent au point de frottement entre deux fruits. La chenille, quand elle éclot, pénètre dans le fruit à ce point de jonction, bien protégée du vent et de la vue des oiseaux. Comprendre ces modes opératoires des insectes ravageurs est le premier pas pour  pratiquer la protection intégrée.

Toutes les espèces ne s’éclaircissent pas de la même façon. Le schéma présenté sur notre site montre comment éclaircir les pommes. On ne laisse que la pommette centrale (A) et on supprime toutes les autres. Pour les poires, on peut laisser deux fruits (B), s’ils ne se touchent pas.

Il faut aussi impérativement éclaircir les coings, pour éviter de surcharger l’arbre, ainsi que les pêches et les abricots, en ôtant tous les fruits qui sont sur ou sous la branche et en ne laissant que les fruits latéraux. En revanche, les prunes (mirabelles, quetsches…) et les cerises ne s’éclaircissent pas. Essayez et vous verrez le calibre de vos fruits augmenter notablement et vous apprécierez non seulement la facilité de la récolte mais la qualité gustative de vos fruits. Et vous limiterez aussi votre travail de cueillette, de transport et de surveillance de votre récolte au fruitier et de nettoyage de votre verger !

Les conséquences d’une récolte surabondante peuvent être graves pour un arbre. Des fruits en surnombre épuisent l’arbre et déforment les branches qui ploient sous le poids. C’est particulièrement le cas pour les pêchers et pruniers qu’il est indispensable d’étayer s’ils n’ont pas été correctement formés.

L’ensachage

La dernière tâche, et non la moindre, qu’il est utile d’accomplir en début d’été est l’ensachage des fruits, en particulier les poires et si possible aussi les pêches et les raisins. Cela consiste à recouvrir chaque fruit, individuellement, d’un sac qui le protègera des maladies cryptogamiques et des attaques d’insectes : chenilles de carpocapse foreuse de galeries pour les pommes, frelons piqueurs et dévoreurs pour les poires et les pêches, oiseaux pour les raisins. Le procédé est long, fastidieux (pour préparer puis poser les sacs) mais très efficace. Il est d’autant plus utile qu’il concerne une variété tardive. En effet, si une piqûre d’insecte ou un coup de bec ne sont pas graves sur un fruit qui atteindra rapidement sa maturité et que l’on consommera dans les prochains jours ; il n’en va pas de même pour les variétés tardives  qu’il faut conserver plusieurs mois au fruitier avant qu’il soit possible de les consommer.

On pose les sacs si possible dès que les fruits atteignent la grosseur d’une noix : avant, le fruit ne serait pas assez gros pour retenir le sac. Plusieurs matériaux sont possibles. Jusqu’à présent, les sacs de papier kraft équipés d’un élastique faisaient l’affaire. Mais ces dernières années ont vu l’arrivée d’une grande quantité de frelons et les sacs confectionnés en maille de nylon sont beaucoup plus efficaces contre ces insectes extrêmement voraces. Ils sont également moins dangereux à manipuler car on peut voir si un insecte s’est introduit dans le sac, ce qui arrive beaucoup moins souvent d’ailleurs qu’avec les sac de papier qui sont facilement transpercés par les frelons.

C’est tout ce que je voulais dire aujourd’hui sur les soins d’été à apporter à vos arbres fruitiers. Je vous donne rendez-vous très bientôt pour un podcast consacré à la taille en vert proprement dite. Si vous voulez en savoir davantage sur ce que je vous ai présenté aujourd’hui, vous pouvez vous rendre sur notre site et consulter le contenu des stages dédiés aux soins des arbres fruitiers en cours de saison :

Et, vous pouvez également consulter les articles publiés sur notre blog.

A bientôt, au Jardin des Merlettes !

S3 E3 Podcast : La taille en vert des arbustes fruitiers II  

Écouter le podcast

(Pour les images : voir blog 2013/07)

La plupart des jardiniers taillent leurs arbres fruitiers chaque hiver et n’y pensent plus jusqu’à l’année suivante. Ce n’est pas du tout la méthode que nous recommandons car, plutôt que d’opérer une taille sévère une fois par an, il nous semble plus naturel de suivre le développement des arbres tout au long de l’année. Au fur et à mesure que des éléments indésirables se développeront, on cherchera donc à modérer leur pousse. Pour ce faire, on interviendra au moins 4 ou 5 fois sur les arbres, mais de façon très rapide et légère. Des éborgnages et ébourgeonnements au printemps, comme expliqué dans le podcast précédent, (Saison 2 Épisode 6) et, chaque été, des cassements accompagnés éventuellement d’une taille en vert, ou parfois deux, entre juin et septembre. On n’utilisera ainsi la taille d’hiver, ou taille ‘en sec’ qu’à titre de rattrapage. Nous allons reprendre chaque étape de ce programme.

Tout d’abord, on parle de taille ‘en vert’ parce que l’on travaille sur des arbustes qui portent des feuilles, contrairement à la taille ‘en sec’ qui a lieu en hiver, quand les feuilles de l’année précédente sont tombées et que celles de l’année en cours n’ont pas encore poussé. Le but de la taille ‘en sec’ est d’une part, de redonner une certaine forme à l’arbre (on reprend la charpente) et, dans le cas des arbres fruitiers palissés, de raccourcir toutes les coursonnes en taillant sur le premier fruit. La taille ‘en vert’ a également ces deux finalités de charpente et de fructification. Tout d’abord, on cherche à guider la sève pour éviter un effort inutile à l’arbre fruitier en supprimant très tôt des pousses qu’il faudrait supprimer de toutes façons l’hiver suivant. Mais c’est aussi de favoriser la fructification en réorientant la sève vers des bourgeons qui pourront ainsi se transformer en bourgeons à fruits.

Voyons déjà le premier but, la modération des pousses indésirables.

Dans l’épisode 6 de la Saison 2, on rappelle qu’à la fin du printemps, environ deux mois après la taille d’hiver et le débourrement des arbres, les arbres s’emballent un peu. De nouvelles pousses apparaissent un peu partout, en prolongement des tailles effectuées ou à partir de nouveaux bourgeons surgis de nulle part. C’est toute l’architecture de l’arbre fruitier, palissé bien sûr mais aussi de plein vent, qui peut être compromise par ces pousses intempestives. Quand l’arbre a bien démarré et que sa charpente existante a recommencé à s’allonger et à se fortifier, des bourgeons apparaissent un peu partout qui se transforment vite en rameaux indésirables. Il faut contrôler cette croissance car sinon, c’est rapidement une ramure supplémentaire qui s’installe dans la ramure existante ou, pour prendre une image forte, une architecture « fantôme » qui s’installe dans votre arbuste fruitier. Vous l’avez certainement déjà constaté s’il vous est arrivé de retourner dans votre verger après quelques mois d’absence. Vous découvrez des rameaux très forts et peut être même de nouveaux axes qui se sont installés au centre de certains arbres. On les remarque de loin, en marchant vers les arbres. Ces rameaux indésirables, très verticaux, tranchent avec le reste de la ramure. 

Nous analyserons dans un prochain podcast en quoi cette ramure fantôme nuirait rapidement à l’arbre mais aussi comment on peut dans certains cas en utiliser une partie pour ‘réparer’ des arbustes fruitiers.

Pour le moment, voyons comment le jardinier doit passer vigoureusement à l’acte en supprimant les rameaux indésirables. Plus la taille aura été sévère l’hiver précédent, plus vous risquez d’être confronté à une repousse sauvage très drue. C’est tout l’objet des éborgnages, ébourgeonnements et pincements expliqués dans l’article du blog de la saison 2 et qui consistent à limiter ce phénomène. Mais si vous n’avez pas pu agir fin avril ou début mai comme nous vous le recommandions, vous ne pourrez éviter une taille ‘en vert’ proprement dite.

Tout l’objet de cette intervention sera de réduire le flux de sève largement monopolisé par ces rameaux intempestifs et de le restituer aux autres parties de l’arbre.

Et cela nous amène au second but de la taille en vert : favoriser la formation de bourgeons floraux :

Contrairement à la taille ‘en sec’ qui opère sur un végétal encore en dormance, la taille ‘en vert’ s’effectue sur des rameaux en pleine croissance. Le végétal réagit donc immédiatement. Dès qu’une taille est effectuée, la sève se redistribue dans le reste de l’arbre. En particulier, la sève qui, avant taille, filait vers l’extrémité des rameaux en vertu d’un mécanisme appelé acrotonie, cette sève va maintenant irriguer les bourgeons qui restent sur chaque rameau raccourci et leur permettre de se développer.

Petite explication : au printemps, seuls les trois premiers bourgeons apicaux (c’est à dire en extrémité de rameau) démarrent : le bourgeon terminal qui s’allonge en un rameau d’environ 40 à 70 cm et les deux bourgeons en proximité immédiate du bourgeon terminal et qui donnent naissance à deux rameaux secondaires d’environ 50 cm. Cela représente un énorme gâchis d’énergie car ces rameaux poussent comme de simples baguettes de bois, incapables de porter du fruit sur une telle longueur. Vous pouvez en début d’été observer cette pousse sur les cerisiers. Si l’on n’agit pas, le phénomène se reproduit l’année suivante, la branche fruitière s’allonge de nouveau de 70 cm, deux rameaux secondaires apparaissent, le cerisier grimpe ainsi vers le ciel, et l’ensemble de la ramure est à la fois imposant par son volume et sa hauteur et décevant par son manque de densité. Sans compter que plus est arbre est haut, plus il est difficile d’en cueillir les fruits.

Ce que la taille en vert cherche donc à accomplir, c’est à limiter cette production de bois inutile et non fructifère en rapprochant l’arbre de son centre et en permettant la formation de bourgeons floraux à la base de chaque nouveau rameau. Je vous rappelle qu’il s’agit là des bourgeons qui fleuriront au printemps de l’année suivante. 

Tailles annuelles en été pour l’induction florale (voir Opoix p 57)

Maintenant que l’on a examiné le ‘pourquoi’ de la taille en vert, voyons le ‘comment’ :

Confronté à cette ‘explosion’ de pousse chez les sujets les plus vigoureux, le jardinier est un peu désarmé et ne sait pas trop comment procéder. Il dispose de plusieurs modes d’action qui présentent chacun, bien entendu, des avantages et des inconvénients.

La première chose à faire est de choisir parmi les rameaux ceux que l’on souhaite garder et ceux qui doivent être supprimés. En principe, sauf à devoir compléter une ramure qui aurait été endommagée et dans laquelle il existerait des trous, il faut enlever tous les rameaux qui poussent soit complètement vers le haut, soit complètement vers le bas et conserver les rameaux qui poussent de façon latérale sur les branches charpentières ou fruitières. Attention, à ce stade il ne s’agit pas de tailler, c’est à dire de raccourcir, mais de supprimer complètement. Ce sont les rameaux que l’on n’a pas remarqués ou que l’on n’a pas eu le temps d’arracher deux mois plus tôt. En juin, ils se sont bien installés sur la branche et ils sont plus difficiles à arracher, donc on les taillera au sécateur, en veillant à agir au plus près de leur base pour éviter des repousses sur les yeux axillaires. 

Cette première mission très importante accomplie, on peut procéder à la taille ‘en vert’ proprement dite. Il existe trois façons d’opérer : la taille ‘en vert’ traditionnelle, les cassements et l’arcature.

1 La taille ‘en vert’ traditionnelle est une taille que l’on devra effectuer une, deux ou trois fois dans la saison, selon la vigueur de l’arbuste. On ne commence cette taille qu’à partir du moment où le rameau compte au moins huit feuilles, c’est à dire environ 40 à 50 cm, si l’on parle d’un pommier, selon la longueur de l’entre nœud. Mais si la variété est vigoureuse, on peut attendre pour effectuer la taille en vert qu’il compte douze ou quatorze feuilles, pour limiter le nombre de passages. On taille alors à 4 ou 5 feuilles. C’est donc une taille moins sévère que la taille dite trigemme, c’est à dire à trois bourgeons, pratiquée en hiver sur les arbres palissés. On reviendra sur cette taille trigemme dans un prochain podcast. Environ une quinzaine de jours après cette première taille ‘en vert’, l’arbuste recommence à pousser. On le rabat de nouveau, de moitié environ, quatre à cinq semaines plus tard quand il porte 5 ou 6 nouvelles feuilles. Attention à ne pas tailler trop court la première fois pour que les nouveaux départs ne soient pas trop forts !

2 La seconde méthode consiste à casser les rameaux (p 126 de Pamart) : au lieu de les tailler avec des sécateurs, on casse les rameaux environ à la même longueur que là où on les aurait taillés. Il y a deux possibilités : soit le rameau est assez lignifié pour se casser nettement, soit il est encore mal lignifié et donc élastique. Dans ce cas, on le tourne bouchonne dans la main jusqu’à ce qu’il se plie. De toutes façons, on ne retire pas la partie cassée. On la laisse simplement pendre et sécher peu à peu. Un mince filet de sève continuera éventuellement à alimenter l’extrémité du rameau mais la majorité du flux profitera à la partie du rameau restée en place et participera donc à l’induction florale des bourgeons latents. Ce processus de taille en vert est très rapide et convient parfaitement aux arboriculteurs professionnels. Le résultat est même supérieur à celui de la taille en vert proprement dite car on n’a pas besoin d’y revenir ce qui représente donc un gain considérable de temps. Contrairement à la taille au sécateur, le mince flux de sève qui persiste en bout de rameau empêche le démarrage d’un nouveau rameau.

3 La troisième méthode consiste à arquer les plus grands rameaux. Certaines variétés très robustes réagissent mal à la taille en vert et repartent de plus belle. C’est le cas des Boskoop, par exemple. D’autres variétés, sans être aussi ‘poussantes’, tolèrent mal des tailles répétées. Chez la Calville, par exemple, cela induit le bitter bit. Il faut donc ajuster votre programme de taille en vert et l’arcure des rameaux les plus forts peut être une bonne solution alternative. Si vous arquez un rameau à 45 degrés, vous réduisez la vitesse de circulation de la sève qui vient alors irriguer chacun des bourgeons latents le long de la branche. Ceci favorise le développement de bourgeons floraux. Évidemment, le résultat n’est pas du tout le même qu’avec un cassement. Dans un cas, vous réduisez le volume de l’arbre, dans l’autre, vous créez de nouvelles branches fruitières en arquant des rameaux très forts. Il faut accompagner cette arcure d’une sélection assez rigoureuse des rameaux à conserver. Mais le résultat est le même : mettre à fruits tous les rameaux conservés.

Pour arquer les rameaux, il suffit de trouver deux rameaux en vis-à-vis et de les attacher ensemble en les inclinant à environ 45 degrés. On ne trouve pas toujours exactement le rameau que l’on souhaiterait en vis-à-vis mais ce n’est pas important si la symétrie n’est pas respectée, c’est seulement plus joli à regarder. On peut en général rattraper les choses l’année suivante. Ce qui est important, en revanche, c’est de ne pas conserver et arquer un trop grand nombre de rameaux pour conserver à l’arbuste une charpente bien aérée. Cela implique donc de supprimer environ un rameau sur deux, voire davantage.

Les principes généraux que nous exposons doivent être modulés en fonction de la vigueur de vos arbres. Pour faire des progrès dans votre pratique, observez les résultats des tailles de l’année précédente, y compris de l’été précédent. Rien ne remplace l’observation de vos arbres et de la façon dont ils réagissent, variété par variété, aux différents modes de taille. Au Jardin des Merlettes, nous avons progressivement abandonné la taille en vert proprement dite (c’est à dire, avec des sécateurs) au bénéfice des cassements, rapides à effectuer et très efficaces. Le seul inconvénient que nous avons trouvé à ce jour : des brindilles cassées qui pendouillent un peu partout dans l’arbre et qui ne sont pas vraiment esthétiques. Nous les supprimons dès la descente de sève, c’est-à-dire au moment de la chute des feuilles. 

Les essais sont toujours en cours au Jardin des Merlettes, en particulier avec les arcatures avec pour objectif une meilleure santé des arbres, une belle fructification… et moins de travail pour le jardinier. 

Avant de conclure, nous allons aborder rapidement le cas des arbres fruitiers à noyaux. En effet, pour cette famille d’arbustes fruitiers, le but de la taille en vert change. Il ne s’agit plus de favoriser des bourgeons particuliers mais la fructification générale de l’arbre. A cette fin, on veillera d’une part à maintenir le puits de lumière à l’intérieur de la charpente, qu’il s’agisse d’une forme en gobelet, en V, en liseron et d’autre part à éviter que l’arbre prenne un trop grand volume par l’allongement incontrôlé de ses branches terminales.

En pratique :

Pour les cerisiers et les pêchers : leur architecture est très simple et la taille en vert aussi. On effectue une taille de rapprochement en cassant toutes les nouvelles pousses pour les diminuer d’environ 2/3 de leur longueur et on supprime complètement toutes celles qui ont poussé au centre de l’arbre.

Concernant les abricotiers, il faut avoir la main beaucoup plus légère, à adapter selon la vigueur de l’arbre. On effectue des cassements sur les rameaux secondaires et on arque les rameaux les plus vigoureux, s’il y a de la place pour eux dans la charpente.

Enfin, les pruniers : c’est un compromis entre cerisiers et abricotiers. On supprime les nouveaux rameaux très forts ‘hors architecture’, ce qu’on a coutume d’appeler des gourmands, et on supprime les coursonnes mal placées sur les branches fruitières, c’est-à-dire celles qui poussent sur ou sous la branche, pour ne conserver que des coursonnes latérales

En principe vous voilà bien équipés pour vous essayer à la taille en vert. Je ne doute pas que vous y preniez goût tant les résultats sont probants. Sans compter les autres avantages : le plaisir de travailler sur ses arbres à la belle saison et d’observer assez vite le résultat de ce que l’on fait et surtout, un avantage immense : on apprend à observer ses arbres et soudain, on comprend beaucoup, beaucoup de choses !…