S3 E4 Podcast : Pourquoi planter des arbres fruitiers en formes jardinées dans son jardin ?

Écouter le podcast

Poirier ‘Dr Jules Guyot‘ en tri croisillon

La fin de l’été approche et avec l’automne revient le temps des plantations. Vous envisagez peut-être cette année de planter en novembre quelques arbres fruitiers dans votre jardin. Si c’est le cas, il est temps de vous poser la question : quels arbres voulez-vous planter et, en particulier, avez-vous envisagé de planter des arbres en forme que l’on dit ‘jardinée’ qui s’oppose à la forme dite ‘libre’ ? Un fruitier en forme jardinée n’atteindra pas la taille habituelle pour son espèce. En effet, il a en général été greffé sur un porte greffe nanifiant qui l’aide à rester petit. Il peut être conduit en deux dimensions, c’est à dire adossé à un mur ou à une structure construite dans votre jardin ou en trois dimensions, en fuseau ou en gobelet par exemple.
Nous allons reprendre ces différents points, mais déjà, pourquoi consacrer une partie de son jardin à des arbres fruitiers ?

La première réponse est toute simple : pour notre santé.

Les autorités sanitaires recommandent instamment de consommer 5 fruits et légumes par jour… mais sans indiquer où les trouver pour qu’ils soient bels et bons. Or, franchement, le meilleur moyen de consommer de bons fruits, c’est de les faire pousser chez soi. Actuellement, la plus grande partie des fruits proposés dans les supermarchés viennent de l’étranger et souvent d’un autre continent. Si cela se conçoit pour ceux qui nécessitent un climat chaud, les bananes par exemple, cela est vraiment dommage pour ceux qui peuvent facilement pousser chez nous. De plus en plus de consommateurs dits ‘locavores’ souhaitent au contraire un retour à une production de proximité. Et rien n’est plus proche que notre propre jardin.

Cela permet aussi de faire des économies : le coût des fruits a flambé ces dernières années, nous empêchant de fait d’en consommer régulièrement. Les cerises, par exemple, sont devenues un produit de luxe, tout comme tous les petits fruits qui sont maintenant hors de portée : les framboises, cassis, et groseilles, très faciles à faire pousser, et bien sûr les fraises qui demandent plus de soin mais pour un résultat extraordinaire.

Une autre raison de faire pousser ses propres fruits est d’éviter les produits chimiques : De nombreux traitements phytosanitaires sont requis sur les vergers en production industrielle. Pour les pommes, on parle d’un minimum de 10 à 12 traitements par an. Il en résulte bien entendu une importante pollution des fruits, mais aussi des sols et des nappes phréatiques.

Pour avoir des fruits plus variés : Seuls sont actuellement produits les fruits qui supportent les méthodes industrielles de culture, de récolte, de transport et de conservation. De nombreuses variétés ont ainsi déjà disparu de nos étals. Avoir des fruits dans son jardin, c’est suivre le fil des saisons et déguster des fruits que vous cueillerez juste à point : des poires, raisins, figues, kakis, kiwis par exemple.

On a déjà constaté une évolution importante pour la culture des légumes : Le retour relativement récent des particuliers à la culture d’un potager s’accompagne d’une meilleure connaissance des variétés. On parle désormais de courge ‘Butternut’, de ‘Sucrine du Berry’, et beaucoup moins de potiron… Même constatation pour les tomates, pour lesquelles chaque jardinier a ses préférences. Mais les fruits n’ont pas encore connu cette évolution et les connaissances des consommateurs demeurent très sommaires et sans spécificité variétale, ce qui est vraiment très dommage pour leurs papilles.

La joie de partager des récoltes qui sont souvent trop abondantes par rapport aux besoins familiaux. L’année est souvent bonne pour certains fruits, détestable pour d’autres. C’est une nouvelle surprise chaque année. On propose donc naturellement des fruits autour de soi : à sa famille et à ses proches, aux voisins, aux amis et collègues. Selon l’adage : ‘un jardinier doit être ou vraiment peu doué ou vraiment bien avare pour ne pas avoir de quoi partager avec ceux qui l’entourent’.

Et maintenant, le sujet du jour : Pourquoi choisir de planter des arbres fruitiers à conduire en forme jardinée ?

Une première réponse, toute simple, c’est que les arbres fruitiers en forme jardinée occupent nettement moins de place que ceux en forme libre. Or c’est le manque de place qui bloque souvent la culture des fruits dans le cadre urbain ou péri urbain. 

Dans la plupart des jardins partagés d’aujourd’hui la culture des arbres fruitiers est formellement interdite et cette interdiction spécifiquement mentionnée dans le règlement. Deux reproches tout à fait légitimes sont faits aux arbres fruitiers : l’encombrement causé par leur racines dans le sol du jardin et l’ombre qu’ils projettent sur la parcelle et qui nuit à la culture de certains légumes. On a donc longtemps considéré que les deux cultures, fruits et légumes, ne sont pas compatibles. L’exemple du Potager du Roi à Versailles est une preuve éclatante du contraire, mais sous deux conditions : adopter la culture de fruitiers en formes jardinées et être très vigilant sur les espèces et variétés fruitières choisies pour limiter ombre et encombrement.

Les arbres fruitiers conduits en formes fruitières jardinées (qu’ils soient palissés ou en 3 D) sont de moindre encombrement par rapport aux arbres de plein vent, soit moins de deux mètres carrés pour un pommier ou un poirier palissé et trois mètres carrés pour un cerisier. Un peu plus de place pour les arbres en gobelet, environ quatre mètres carrés pour un beau pommier ou un prunier en gobelet mais seulement trois mètres carrés environ pour un poirier en fuseau. Ces formes conviennent donc à des jardins de petite taille, au centre de villes moyennes ou à dans des jardins de banlieue. Ils conviennent également à toutes les trames vertes crées par les municipalités, si petites soient elles. Dans un jardin où il n’y aurait de place que pour un seul cerisier de plein vent, on peut facilement planter et conduire six à dix fruitiers palissés tout autour du jardin. Et il restera de la place pour un petit potager et un espace d’agrément ou de jeux.

Côté racines, pas de miracle, leur développement est limité par le choix de porte greffes nanifiants qui conviennent aux arbres en haie fruitières. On vérifiera donc soigneusement l’identité du porte greffe de l’arbre, quitte à attendre la saison suivante si la variété recherchée n’est pas disponible sur le bon porte greffe.

L’emplacement des arbres et leur forme fruitière seront choisis en fonction de l’exposition de la parcelle et des besoins du potager.

La ‘miniaturisation relative’ de ces fruitiers en limite de jardins ou en haies fruitières basses au milieu du jardin permet de faire pousser un grand choix de fruits pour alimenter la table familiale: Un choix judicieux des espèces et variétés permet de faire durer ce plaisir une bonne partie de l’année. On peut ainsi proposer aux jardiniers urbains différents exemples types, modulés selon la taille de leur jardin, ses conditions édaphiques (c’est-à-dire le type de sol, l’ensoleillement, la pente du jardin, etc.), l’existence ou non de murs pour accueillir des palissages… et les goûts des propriétaires. Les jardiniers manquent parfois d’idées parce qu’ils ignorent que de nombreuses espèces fruitières se palissent ou se cultivent sans souci en buissons bas. Ils pensent aux pommes et aux poires bien sûr, mais ignorent les cerisiers, abricotiers, cognassiers, pruniers, pêchers, figuiers, et plaqueminiers (kakis) qui supportent très bien d’être guidés contre un mur ou en buisson. Sans compter les treilles de raisins ou d’actinidias (kiwis) qui occupent, elles aussi, bien peu de place.

La quantité de fruits produite peut être tout à fait considérable même sur un espace très réduit. Un plaqueminier (l’arbre qui produit les kakis) conduit en buisson, par exemple, donnera aisément quelques dizaines de kilos de kakis pour un encombrement au sol de moins de 5 mètres carrés. C’est un bon exemple de la différentiation alimentaire permise par cette culture : des fruits qui mûrissent en fin d’année, en relais de la saison des poires, et un apport de vitamine C. Sans compter la qualité ornementale au printemps, en été et en automne de cet arbuste qui s’accommode de nombreuses formes fruitières, tant palissées qu’en buisson ou gobelet.

Même si vous disposez de beaucoup de place dans votre jardin, vous pouvez envisager de cultiver quelques arbres en forme fruitière car les fruits obtenus sur ces arbres sont de meilleure qualité gustative. Leur calibre est amélioré car la petite taille des arbres permet un accès facile à la ramure et facilite donc l’éclaircissage des fruits après leur nouaison. Et ces fruits présentent des qualités organoleptiques bien supérieures à celles des fruits du commerce, souvent cueillis bien avant maturité. Leur conservation naturelle est également améliorée par les cueillettes échelonnées que vous pourrez pratiquer très facilement puisque les fruit sont à portée de main. Dans certains cas, pour les poires par exemple, on sur-cueillera les fruits qui mûriront tranquillement à l’abri. Ceci n’est pas possible en production agro-industrielle qui a besoin de fruits assez durs pour être stockés et transportés ‘en gros’.

Si on reconnaît le bien-fondé de ces remarques on peut vraiment se demander pourquoi la reconnaissance de l’intérêt présenté par les formes fruitières jardinées dans le cadre urbain et péri urbain est si tardive? Qu’est ce qui a changé ?

Pendant longtemps, aucun besoin n’était ressenti. L’offre locale de fruits était abondante. Les consommateurs mangeaient ce qui était produit sur place. Le transport de fruits venant de régions spécialisées (pêches de Montreuil, chasselas de Pouilly sur Loire, etc.) répondait aux désirs d’une clientèle relativement nantie. Les habitudes de consommation ont changé avec l’augmentation du niveau de vie et la baisse des coûts de transport qui a permis l’arrivée sur nos tables de fruits produits dans des pays à main d’œuvre bon marché. Face à une guerre des prix, la réponse de la filière a été l’industrialisation des méthodes de production et de récolte. L’éveil des consommateurs est relativement récent et concomitant à une réelle prise de conscience écologique qui remet en cause beaucoup d’habitudes, y compris alimentaires.

Dans cet éveil collectif pour une recherche de qualité des produits, la culture fruitière a été distancée par la culture maraîchère. Le délai pour obtenir des fruits (la fameuse ‘mise à fruits’ des arbres) se mesure en années, pas en mois comme pour les légumes et cela décourage de nombreux jardiniers. De plus, quel que soit le mode de conduite des arbres, il est nécessaire de connaître un certain nombre de gestes techniques pour obtenir de bons résultats. La culture en formes fruitières jardinées apparaît particulièrement compliquée et exigeante.

Il s’agit pourtant là de préjugés regrettables car on peut facilement cultiver des arbres fruitiers en formes jardinées non régulières : Même si les formes régulières demeurent très prisées par les amateurs, il y a bien d’autres façons de jardiner un arbre que de le conduire en cordon, palmette ou fuseau. Arcatures, taille ‘à la diable’, taille ‘Lorette’ et tailles en vert sont autant de possibilités qui permettent soit d’accélérer la mise à fruits, soit de simplifier les tailles en s’adaptant simplement à la vigueur des arbustes. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces modes de conduite plus simple des arbres dans un prochain podcast. Le champ d’exploration est vaste. Les formes évoluent sans cesse, accompagnées par les recherches conduites par les arboriculteurs professionnels. Un verger de pommes aujourd’hui, par exemple, ne ressemble plus du tout à l’image traditionnelle du verger normand, composé d’arbres de plein vent aux pieds desquels broutent les vaches. Au contraire, les arbres sont conduits en haies fruitières et leur hauteur est limitée à environ trois mètres, pour respecter les critères actuels de la législation du travail. Ces vergers désormais ‘piétons’ comportent désormais des formes jardinées. Pour certaines (buissons, gobelets) il n’y a guère de différence avec les formes fruitières traditionnelles, mais pour d’autres (axes, solaxes, GT), l’attention se porte entièrement sur la productivité immédiate requise des arbres, quitte à les épuiser et à les renouveler très rapidement. En Nouvelle Zélande, on arrache et on replante les pommiers tous les 4 ou 5 ans, contre plus de 20 ans pour les arbres en conduite libre sur porte greffes moyen à faible. Une méthode productive, peut-être, mais qui ne semble guère ‘durable’.

Et justement, parlons un peu des vertus environnementales des formes jardinées

Vous serez peut-être surpris d’apprendre que contrairement à des idées reçues, les arbres en forme jardinées sont très vertueux en termes d’environnement.

Tout d’abord, les soins que l’on apporte à ces arbres fruitiers améliore leur longévité. Les arbres reçoivent plus de soins et de façon plus régulière que des arbres de plein vent. C’est particulièrement vrai pour les pêchers et les pruniers, des arbres souvent bien négligés dans les jardins privés. Une taille régulière rajeunit en permanence la charpente des arbres, sans créer de grosses plaies qui sont des portes d’entrées pour les champignons et les maladies cryptogamiques. Et les branches d’un mirabellier ou d’un pêcher conduit en forme jardinée ne cassent pas sous le poids des fruits car le jardinier aura pris soin de monter progressivement une charpente adaptée au poids des récoltes futures.

Une meilleure protection contre les ravageurs (oiseaux pour les cerises, frelons sur les poires, par exemple…) car les fruits sont à portée de main du fait de la hauteur réduite des arbres. Ceci permet un ensachage facile ou la pose de filets, selon les cas. On peut également surveiller et supprimer rapidement d’éventuels parasites, le gui, par exemple.

Dans les villes, les arbres fruitiers représentent un apport intéressant pour les trames vertes urbaines : La présence d’arbres fruitiers jardinés dont le sol est entretenu de façon raisonnée permet une transition douce entre le ‘tout propre’ (le souhait d’un certain public) et la permaculture, source de vie. Là où il y a des arbres fruitiers, le béton vert des thuyas recule et les oiseaux et insectes reviennent.‘The garden’, le journal de la société royale d’horticulture britannique, a publié il y a quelques années une série d’articles sur les synergies créées par les jardins de banlieue en termes de biodiversité lorsque ceux-ci ne cherchent plus à être ‘propres’ mais vivants.[1]

La situation est très différente pour les arbres de plein vent. Ces arbres de grande taille, les poiriers des haies par exemple, sont souvent très productifs mais leurs fruits sont inutilisables. Leur grande taille empêche tout entretien régulier (taille d’entretien, éclaircissage et ensachage des fruits, récolte à la main et même traitement contre les insectes ravageurs). Les fruits tombent au sol en s’abîmant. Ils sont ravagés par les carpocapses. Or il s’agit souvent de variétés tardives (Maude, Certeau d’Automne, Beurré Clairgeau, Curé…) de grande qualité gustative mais qui ne pourront pas atteindre leur maturité car abîmés et attaqués. La quasi-totalité de la récolte est inutilisable. La situation est la même pour les pommiers de plein vent là encore difficiles à entretenir. Le manque de taille et de soins réguliers résulte en des fruits en surnombre, de petite taille, qui mûrissent mal car mal éclairés et donc de qualité médiocre. Sans parler des carpocapses. Pour un seul pommier ‘Chataignier du Morvan’, c‘est ainsi plusieurs centaines de kilos de fruits qui vont à la benne.

Voilà, j’espère que ce petit plaidoyer en faveur des arbres en formes jardinées, palissées ou en trois dimensions, vous aura donné envie de vous essayer à cet exercice. Bien sûr, comme toujours en jardinage, il vous faudra un peu de patience, mais je vous certifie que le jeu en vaut la chandelle.

Et si vous voulez quelques conseils pour choisir vos arbres, n’oubliez pas de consulter notre site, notre blog mais également le stage de novembre dédié au choix et à la plantation des arbre fruitiers.

A bientôt


[1] The Royal Horticultural Society (2012, April, May and June). Living Gardens.

2 commentaires

  1. Superbe pour tout ce que cela ouvre comme horizon lorsqu’on a un petit jardin. Les informations pratiques données sont précieuses pour réussir ces plantations et tailles, d’autant que l’on en comprend le sens au travers des explications sur la manière dont chaque fruitier fonctionne. Cela m’évitera bien des erreurs et me donnera toutes les chances de réussir cette aventure qui engage sur plusieurs années..

    1. Bonjour,
      Oui, la décision de choisir un arbre plutôt qu’un autre, est une décision qui engage l’avenir… de vos desserts. Et beaucoup de plaisir à partager avec vos proches. Cela vaut bien de prendre un peu de temps pour y réfléchir.
      Bon courage !

Laisser un commentaire