Soigner ses arbustes III : Quelques idées pour bien choisir

11 mai 2020

Dans ce troisième podcast consacré à la culture des arbustes d’ornement, nous vous proposons quelques règles à suivre pour planter un jardin d’arbustes facile à vivre et aussi quelques conseils pour le choix des espèces à planter.

Des règles à suivre avant même de choisir les arbustes

Connaître et s’adapter aux conditions édaphiques de son jardin

La première (et essentielle) règle à suivre est d’adapter son choix aux conditions dont on bénéficie (ou parfois qui nous embêtent, d’ailleurs) : c’est à dire les conditions de culture locales ET la disponibilité et le niveau d’expertise du jardinier. Vous retrouvez cette recommandation tout au long de nos podcasts tant il est vrai qu’il est primordial de connaître et respecter la nature qui nous entoure. C’est à dire :

  • Observer le sol du jardin: drainant (sable : Cosne) ou plutôt hydromorphe (argilo limoneux : JDM)
  • Le climat: la chaleur mais aussi le vent et les écarts de température pendant les inter saisons. Avant de choisir d’implanter un arbuste dans son jardin, il faut vérifier quelles zones climatiques lui conviennent (Pour mémoire, il y a 4 zones en France  correspondant aux climats océanique, continental, méditerranéen et montagnard). Beaucoup des arbustes que l’on admire par exemple dans les parcs de Grande Bretagne ne sont pas du tout adaptés à la plupart des régions de France.
  • La lumière: dans quelles parties du jardin y a-t-il de l’ombre ou du soleil ? Il faut remettre en cause nos a priori. Par exemple, contrairement à ce que croient beaucoup de jardiniers, les rhododendrons, azalées, camélias et érables du Japon sont des plantes de sous-bois. Ils craignent le soleil et sont au contraire heureux (et fleurissent très bien) à l’ombre !

Évaluer le niveau de difficulté d’entretien de l’arbuste choisi par rapport à la disponibilité du jardinier et à son savoir-faire

Il s’agit essentiellement des tailles qui sont nécessaires. En général, une taille tous les deux ou trois ans suffira pour les arbustes basitones et une taille légère de transparence pour les arbustes acrotones.

Mais il y a des cas particuliers : les topiaires, par exemple, requièrent un entretien beaucoup plus régulier et indispensable si on veut conserver leur originalité.

Et maintenant, abordons le sujet qui nous préoccupe aujourd’hui, la façon de choisir les arbustes.

Quelques propositions pour choisir des arbustes d’ornement

Nous vous proposons deux pistes de réflexion : d’une part, réexaminer les arbustes qu’on connaît mais qu’on ne regarde même plus et d’autre part choisir quelques arbustes plus originaux.

C’est à dire qu’on peut adopter la même démarche pour les choisir que ce que nous avons déjà indiqué pour d’autres plantes : c’est à dire choisir dans une espèce banale et qui résiste bien, une variété, un cultivar particulièrement joli. Peut-être un feuillage particulier, plus édenté, plus brillant, ou une floraison particulièrement abondante, une fructification remarquable… Il y a beaucoup de critères à envisager et cela demande donc un peu de travail de la part du jardinier. Voici quelques exemples, classés par saison.

Pour l’automne : On va rechercher de beaux coloris de feuillages et/ou une fructification remarquable :

Un premier exemple tout simple : les cotonéasters. C’est une espèce d’arbustes très courante que tout le monde connaît à tel point qu’on ne les regarde même plus, bien souvent. Pourtant, le choix est grand pour celui qui se donne le mal de regarder : on peut trouver des feuillages vert foncé ou vert pâle, des fruits rouge foncé, en grosses grappes, ou plutôt orange et parsemés. On peut aussi choisir la variété en fonction de la taille que l’on cherche. Le cotoneaster lacteus s’élèvera à au moins trois mètres, le cotoneaster atropurpureus variegatus atteindra à peine 1,20 m (pour 0,60m de large), le cotoneaster horizontalis est idéal pour couvrir un muret ou un talus alors que le cotoneaster dammeri est rampant et dépasse à peine 20cm. Vous voyez la richesse de choix dès qu’on cherche un peu !

Un autre arbuste très commun : le mahonia. On connaît bien le Mahonia aquifolium, un arbuste d’un mètre ou 1,20m de haut, environ, aux grappes de fleurs jaunes d’or formées en boule qui donnent naissance à des fruits noirs à pruine bleue que les oiseaux adorent. Cet arbuste est souvent très négligé dans les jardins, alors qu’il gagne beaucoup à être taillé régulièrement et qu’on peut même facilement le conduire en topiaire. Or il a un petit cousin beaucoup plus graphique, le mahonia japonica qui, lui, est de port bien érigé et atteint environ 2 m et, bien sûr, le mahonia X media ‘Charity’ (un hybride de M. japonica et de M. Iomariifolia) qui présente des fleurs jaune foncé en grappes ascendantes réunies en faisceaux et des feuilles composées qui peuvent mesurer jusqu’à 50 cm et compter plus de 30 folioles. C’est un arbuste de toute beauté qui ne demande quasiment aucun autre entretien qu’un éclaircissement à la base de temps en temps.

Et de même façon, on pourrait citer beaucoup d’autres arbustes pour lesquels il existe un choix très intéressant, au-delà de ce qu’on trouve généralement en jardinerie et qui offrent des couleurs magnifiques en automne : Les berberis, les fusains (par exemple l’eleagnus alatus, le fusain ailé), et bien sûr la gamme très étendue d’érables du Japon, pour ne citer que ceux-là.

Vous pouvez aussi rechercher des arbustes plus originaux, en recherchant des pépiniéristes plus spécialisés ou en fréquentant les fêtes des plantes. Pour l’automne, je vous recommande particulièrement  le parrotia persica (aussi surnommé arbre de fer), le sassafras, et le Cercidiphyllum. Ce sont des arbustes peu encombrants, jolis toute l’année et aux couleurs d’automne tout à fait extraordinaires. Ils sont bien résistants au Jardin des Merlettes et ils sont également largement employés dans des endroits très exposés, comme la promenade de High Line à New York, un endroit très venté.

Pour l’hiver : de belles écorces et des feuillages persistants.

Parmi les plantes bien connues mais qui mériteraient plus d’attention de la part des jardiniers amateurs, mon premier choix se porte sur les cornouillers. Bien souvent, le jardinier s’arrête aux cornouillers sanguins, ou alors il choisit des variétés horticoles très belles mais parfois aussi plus fragiles ou exigeantes, comme les cornouillers kousa, Florida ou controversa. Il y a une autre possibilité qui consiste à choisir d’autres variétés de cornouillers très résistantes mais qui présenteront un intérêt particulier en hiver, soit par leur floraison comme le cornus mas, le cornouiller mâle, qui fleurit en février, soit par leur écorce particulièrement vive. Par exemple le cornouiller sanguin ‘Midwinter fire’, à l’écorce jaune orangé et rose et le sericea ‘Flaviramea’, à l’écorce jaune clair. Et il y en a bien d’autres ce qui permet de composer de très jolis tableaux colorés en hiver.

Parmi les arbustes à feuillage persistant, les houx méritent vraiment davantage d’attention que ce qui leur est généralement accordé. Il y a énormément de choix, en ce qui concerne leur hauteur, leur densité (un critère très important si l’on veut qu’ils occultent un endroit particulier), la forme de leurs feuilles, leur fructification. Par exemple, l’ilex altaclerensis ‘Golden King’ est un magnifique houx panaché, tandis que l’ilex aquifolium castanaefolia a des grappes de fruits magnifiques. Sans compter que tous ces houx peuvent également être facilement conduits en topiaires.

On peut citer encore les lauriers du Portugal (en choisissant soigneusement la variété en fonction de la hauteur souhaitée à l’âge adulte), les Chalef (elaeagnus Ebbbingei), par exemple la variété aureata qui a un feuillage très lumineux. A mentionner aussi les laurier tin (que l’on peut conduire en topiaire) et les pittosporum et même, en haie défensive, les pyracanthas. Ces arbustes ont un large pouvoir occultant tout en étant favorables aux insectes et aux oiseaux.

Parmi les arbustes plus originaux avec de belles écorces, je vous recommande le prunus serrula et l’acer griseum. Ils sont classés comme arbustes car inférieurs à 7m de haut. Parmi les arbustes à feuillage persistant, les osmanthus et les filaires.

Pour le printemps : des floraisons superbes

On a tellement hâte d’être sortis de l’hiver ! Viennent tout de suite à l’esprit les forsythias, qui ouvrent le bal, puis les lilas et les seryngats. Là encore, on peut chercher des variétés plus jolies. Par exemple choisir la teinte des lilas pour plus d’harmonie avec le reste du parterre, ou rechercher des cultivars intéressants comme le lilas de Hongrie, un arbuste tout en transparence qui fleurit un peu plus tard et sent très bon. On peut aussi penser aux pivoines arbustives qui sont tout à fait époustouflantes. A différentes variétés de spirées en fonction de l’effet recherché et même à des fusains dont la floraison peut être très originale, comme le fusain du Japon et le feuillage  très joliment panaché en blanc de l’Euonymus japonicus ‘Bravo’ ou en jaune pour l’Euonymus japonicus ‘Aureomarginatus’.

Et parmi les arbustes plus originaux on peut choisir des pieris, en particulier la variété ‘forest flame’ dont les jeunes pousses sont d’un rouge flamboyant, justement. Mais aussi toute la gamme des japonica, aux fleurs blanches ou roses aux longues panicules tombantes. Il faut bien vérifier la hauteur de chaque arbuste à maturité car elle peut varier de 70cm à 2,50m et bien sûr, ce n’est pas du même effet au jardin.

On peut aussi penser à ces arbustes si faciles et abondamment fleuris que sont les kolkwitzias et les deutzias. Et, mon préféré peut être car il porte des fleurs si jolies, l’Exochorda X macrantha, en particulier la variété ‘The Bride’.

Pour l’été : des couleurs vives et des parfums pour les belles soirées

Parmi les arbustes les plus couramment employés, les hibiscus syriacus (altheas ou ketmie des jardins) et les hydrangéas macrophylla. Il existe pour ces plantes un choix inouï de couleurs et il faut en profiter pour composer des tableaux bien harmonieux. On peut également penser aux spirées d’été, par exemple  la billiardii , robuste, à port dressé et à grappes de fleurs rose vif ou dans un style complètement différent la spirée japonica Goldmound, à végétation naine, au feuillage doré et qui porte de petites fleurs roses tout l’été

Il y aussi ces parfums qui enchantent les soirs d’été. Et pour cela on peut donner une mention spéciale aux troènes. Ils sont souvent oubliés car ils ne sont plus à la mode mais plantez un   Ligustrum sinense (un troène de Chine) et vous verrez, enfin, vous sentirez !

Parmi les arbustes plus originaux et très faciles on peut penser au lagerstromia (le lilas des Indes), certaines variétés d’hydrangeas, le pétiolaris qui est grimpant, le paniculata que l’on peut architecturer pour un résultat très sophistiqué, l’hydrangéa quercifolia (à feuilles de chêne) superbe également en automne par la couleur de son feuillage, les céanothes qui offrent toutes les teintes de bleu, du plus clair au bleu mauve foncé, et, pour les endroits plus secs, les potentilles.

Hé oui, ça fait beaucoup de choix et l’exercice est complexe. Mais ces choix sont fondamentaux pour le devenir du jardin tant les arbustes sont des éléments structurants. C ’est pour cela que nous avons créé le stage de ‘choix et plantation des arbustes’ qui a lieu en novembre.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Nous espérons que ce podcast vous aura donné quelques idées, et surtout, l’envie d’aller chercher plus loin pour le choix de vos arbustes. A bientôt !

 


Laisser un commentaire