Les jardiniers et la météo (II) : les gelées tardives

15 avril 2018

Pourquoi y a t’il des gelées tardives : l’influence de la lune

L’influence de la lune sur les plantes , les saints de glace, la lune ‘rousse’, que retenir de l’astronomie ?

L’évolution de la position de la lune dans le ciel

La lune décrit une orbite elliptique et passe par des points plus ou moins distants de la terre (idem soleil et azimut, mais dans le cas de la lune le cycle dure  un mois environ, pas une année). Elle est ascendante jusqu’à son apogée, puis descendante jusqu’à son périgée. Au cours de son orbite, elle passe par quatre ‘nœuds’ lunaires.

Selon un principe de culture qui a de fervents partisans, surtout au potager, on considère que la lune influence la montée des liquides internes (en particulier la sève) dans les végétaux : en fonction de cela, il y a donc des choses à faire de préférence certains jours plutôt que d’autres.

Le calendrier lunaire

C’est le calendrier qui indique la position de la lune chaque jour de l’année. En fonction de cette position, certaines tâches sont recommandées ou bannies au jardin. Bien que nous  reconnaissions la puissance des phénomènes physiques engendrés par la lune (attraction, magnétisme), nous ne suivons pas toujours le calendrier lunaire au Jardin des Merlettes car il comporte trop de variables :

  • Les jours favorables aux racines, fruits et graines, fleurs, feuilles
  • Les jours d’apogée, de périgée, de nœud lunaire : ne rien faire
  • Et les autres facteurs, propres au jardinier : son temps disponible, sa liste de tâches à accomplir, l’existence ou nom de vent et/ou de pluie…

Par exemple, pour les greffes, on va essayer de greffer en lune montante et, selon ce qu’on pense :

  • Un jour de fruits : en 2018, cela aurait pu être le 7 avril (à partir de la fin d’après-midi), le 8 ou le 17
  • Un jour de feuilles : 14 ou 15 avril 2018, mais pas le 16/04 car c’est le début de la lune rousse.

Mais pour qu’une greffe ‘marche’ bien, on sait aussi qu’il faut :

  • Que le porte greffe soit bien débourré : le 7 ou le 8 avril, c’était un peu tôt car la végétation est un peu tardive cette année.
  • Qu’il ne pleuve pas !

Idéalement, ce sera donc aujourd’hui et les greffoirs sont prêts !

La lune rousse

La lune rousse est la lune (c’est à dire la période d’environ 4 semaines) qui suit Pâques. Si durant cette période on aperçoit une pleine lune sans nuage, cela peut signifier un risque de gelée. C’est la gelée de rayonnement, fréquente surtout au printemps et liée au refroidissement du sol qu’entraîne par ciel clair et vent calme ou vent faible le rayonnement nocturne. Si elles gèlent, les jeunes pousses (ou les fleurs de fruitiers) roussissent. D’où le nom.

Les saints de glace

Il s’agit de Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais. En 2018, ce sera  du vendredi 11 au dimanche 13 mai 2018. Ces saints sont invoqués par les agriculteurs pour éviter l’effet d’une baisse de la température sur les cultures, qui peut être observée à cette période et qui amène du gel. On avait coutume de penser qu’une fois cette période passée, le gel ne serait plus à craindre. Cette croyance date du haut moyen âge

Les jardiniers attendent donc généralement la mi-mai pour planter en extérieur les plantes gélives (tomates, courgettes, etc.).

Mais ces dernières années, plutôt que les Saints de glace, c’est la Saint-Urbain, le 25 mai, qui a annoncé la fin des possibles gelées. Effectivement les 24, 25 et 26 mai 2017 , une forte gelée (à -5° trois jours de suite !) a tout grillé au Jardin des Merlettes : pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, cognassiers, plaqueminiers. Toute la récolte a été anéantie. L’année précédente (2016) avait déjà connu ce phénomène, moins ravageur (température moins basse) mais suffisant pour griller toutes les fleurs de poirier et les jeunes pousses de plaqueminier (les pommiers, les cerisiers et les pruniers avaient résisté).

Contrairement à ce que disent certains chroniqueurs, ce n’est pas un phénomène récent : les livres de jardinage des temps anciens (16ème, 17ème siècles) insistent sur cette possibilité, pas très fréquente, mais très dangereuse pour les cultures,

Pourquoi ces gelées ‘tardives’ sont elles un problème  ?

Ces gelées printanières sont particulièrement dommageables parce qu’elles interviennent à un stade phénologique où les plantes sont particulièrement fragiles.

Les stades phénologiques des plantes

Ce sont des périodes précises identifiées dans la croissance d’une plante et qui correspondent à un stade de développement des bourgeons, des fleurs ou des feuilles. Elles peuvent être associées à des pathologies spécifiques et ainsi permettre de situer dans la saison les actions préventives ou curatives à mener.

Pour les arbres fruitiers, les périodes sont désignées par des lettres qui vont de A (bourgeon dormant) à I ou J (nouaison complète et début du grossissement du fruit).

Quelles plantes sont impactées par les gelées tardives ?

A la mi-mai, à fortiori le 25 mai, les arbres sont bien débourrés, les fruits sont noués et les nouvelles  pousses des arbres, uniquement composées de cellulose, gèlent très facilement. Quand aux fruits nouvellement formés (abricots, cerises, prunes…), ils sont très fragiles et la moindre baisse de température en dessous de zéro ° C les brûle irrémédiablement. Même un demi degré est suffisant en dessous de zéro est suffisant pour geler les fleurs de pêchers et compromettre les récoltes. On comprend pourquoi une température nocturne de moins cinq degrés trois jours de suite a tout endommagé au jardin au printemps 2017.

Que peut faire le jardinier ?

Choisir des variétés appropriées (encore et toujours…)

Souvenons nous  des cartes que nous apprenions à l’école primaire, au cours élémentaire : la limite de culture de la vigne, la limite de culture de l’olivier… Il ne sert à rien de se voiler la face : pour l’instant, réchauffement climatique ou pas, Saint Loup des Bois est hors de la zone confortable de culture de l’abricotier. Cela ne veut pas dire que l’arbre meurt : seuls les bourgeons de fruits sont impactés. Aux beaux jours, l’arbre repousse et il  n’y paraît plus rien, enfin, la plupart du temps. Donc, sauf à trouver une situation particulièrement bien abritée, si le jardin ou la parcelle est sujette aux gelées printanières, il faut s’attendre à perdre ses abricots trois ou quatre années sur cinq. La cinquième année consolera le jardinier persévérant, mais les autres laisseront le panier vide. La précaution dans l’énoncé de la phrase précédente n’est pas vaine : sur une même commune, des jardins , ou des emplacements à l’intérieur d’un jardin, peuvent être épargnés alors que les autres sont entièrement ‘grillés’. Même chose sur les vignobles où un coteau sera sensible, l’autre pas.

Cette remarque ne s’applique pas seulement aux espèces réputées fragiles. En 2017 les pommiers et les poiriers ont perdu tous leurs fruits suite aux fortes gelées de la fin mai . Tous ? En réalité, justement pas  car les poiriers centenaires installées dans les haies ou près des fermes proches du Jardin des Merlettes ont produit une récolte remarquable. La différence entre ces poiriers et ceux du JDM  ? La variété, tout simplement. Les variétés installées pour produire du poiré, une coutume très répandue autrefois en Puisaye, sont très résistants aux gelées tardives. Ainsi que certaines autres variétés qui produisent des fruits à cuire : Maud, Catillac et Certeau d’automne par exemple, pour citer des variétés bourguignonnes, poire Curé pour citer une poire nationale. Le même phénomène s’applique dans toutes les régions. A Saint Hymer, dans le Pays d’Auge, les poires Grise d’Angleterre étaient remarquables cette année en grosseur et en quantité.

Abriter autant que possible

Si on est à la limite du possible, il faut donc abriter du froid et du vent. En effet, celui ci aggrave le froid par l’effet connu comme ‘froid ressenti’. L’effet ‘froid ressenti’ peut facilement atteindre plusieurs degrés. Pour plus d’information sur ce phénomène météo bien connu et être capable de calculer la chute de température due au froid ressenti, écoutez le podcast de l’émission France Bleu Auxerre ‘La France en bleu’ du mercredi 11 avril.

Puisqu’une différence de température qui semble tout à fait anodine, un degré, voire un demi degré Celsius, peut être suffisante pour ‘sauver’ la récolte, on comprend l’intérêt, à défaut de pouvoir changer la température ambiante, de limiter les effets nocifs du vent et donc d’éliminer le ‘froid ressenti’.

Pour diminuer le vent, le jardinier pourra donc :

  • planter les arbustes les plus fragiles aux endroits les mieux abrités : à l’intérieur d’un jardin, et même sur un balcon ou une terrasse, tous les emplacements ne se valent pas. Il faut donc prendre le temps de vérifier l’intensité du vent à différents endroits.
  • installer des haies (elles coupent le vent sur une distance estimée à 30 fois leur hauteur),  et laisser au sol les herbes hautes pendant l’hiver car elles protègeront les arbustes jeunes (et aussi les insectes du jardin qui y trouveront refuge, une bonne mesure pour la biodiversité du jardin et la multiplication des insectes auxiliaires)
  • couvrir d’un voile d’hivernage  les arbustes isolés ou ceux qui sont palissés contre un mur.  Cependant, elle demande une grande discipline de la part du jardinier.

Les arboriculteurs du Vaucluse, des vallées du Rhône ou de la Garonne installent des équipement mieux adaptés,mais plus  coûteux . Ceux ci comprennent souvent des appareils à brumiser installés au-dessus des rangées d’arbres pour amoindrir les effets du froid lors des gelées printanières. Mais ces équipements ne sont hélas pas à la portée du jardin individuel.

On l’aura compris, la meilleure protection consiste donc dans la façon de planter et le choix des espèces, puis des variétés. Ce sont les thèmes autour desquels le stage de création et gestion d’un verger est organisé. Si vous avez des difficultés dans votre jardin dues aux aléas climatiques, cette formation est faite pour vous.

Voir le stage création, plantation et gestion d’un verger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire