Les forficules, des auxiliaires efficaces contre les pucerons

25 juillet 2010

Les perce oreilles (Forficula auricularia L. et Forficula pubescens Gêné.) ont en général mauvaise réputation. Les enfants craignent la pince (les cerques) qu’ils portent à l’extrémité de leur abdomen,  s’imaginant que ces petites bêtes pourraient les pincer comme le feraient des crabes. Les jardiniers les voient se faufiler rapidement sur les feuilles des arbres fruitiers et leur attribuent volontiers les dégâts qu’ils constatent sur leurs fruits.

Forficule

En fait, même s’ils sont gourmands de fruits (les poires surtout) et ne se refusent pas d’y goûter de temps en temps, les forficules sont avant tout des auxiliaires du jardinier. Ils sont en effet omnivores et, en particulier, de grands dévoreurs de pucerons et de psylles.

Les jardiniers amateurs connaissent bien les pucerons. En revanche, le psylle est moins connu. Pourtant, celui-ci (Cacopsylla pyri) est l’un des pires ravageurs du poirier. Comme le montre la photo ci-dessous (Michael Chinery, Insectes de France, Flammarion 2005, p. 97), il est vert au printemps et brun clair en automne. Comme le puceron, c’est un insecte piqueur et suceur. Les larves de psylle s’agglutinent sur les jeunes rameaux ou sur les feuilles et y prélèvent la sève. Elles sont protégées par le miellat qu’elles excrètent et que viennent récolter les fourmis. Les poiriers sont affaiblis par ces prélèvements de sève. Les piqûres gênent la croissance de l’arbre. Le miellat excrété par les larves provoque des brûlures et le développement de fumagine, champignon noirâtre qui réduit la photosynthèse, tache les fruits et entraîne des chutes partielles de feuilles dès le mois d’août.

PSYLLES

La femelle forficule pond en automne sous les écorces, sous les feuilles ou les pots. Cet insecte est unique car la femelle surveille ses œufs. Elle les lèche même et les retourne jusqu’à éclosion, en fin d’hiver.

L’INRA d’Avignon a observé le déplacement des forficules entre haies composites et verger de poiriers. Ceci a permis de démontrer les déplacements des forficules liés à la présence de psylles. Alors, comment faire pour attirer et protéger cet insecte bien utile au jardin ? En lui procurant un abri, par exemple un petit pot à fleurs rempli de paille puis suspendu parmi les arbres fruitiers. Ainsi, il sera à pied d’œuvre dès l’arrivée des premiers pucerons, ou bien le jardinier pourra emmener ce petit abri et l’installer près d’arbres infestés de prédateurs, pucerons ou psylles.

Abri

Cette vidéo a été préparée par l’équipe de mamaison.tv, une web TV conçue sans pub et sans bandeau. Son objectif : devenir un référent de l’univers de la maison en images avec, pour fil rouge, une éthique de consommation durable. Nos objectifs se rejoignent, ce qui a permis la réalisation de quelques jolis reportages.


2 réponses à “Les forficules, des auxiliaires efficaces contre les pucerons”

  1. Bonjour,
    Très bonne idée cet abri à forficules, tous les moyens naturels sont bons à connaitre car je pense qu’on ne doit pas traiter chimiquement son jardin .

  2. [...] Les forficules sont des auxiliaires méconnus, comme les syrphes, les carabes, etc. Fournissez leur un abri et ils lutteront efficacement contre les pucerons  [...]

Laisser un commentaire