Le parcours de biodiversité

2 juin 2010

A l’occasion de la fête “Rendez Vous aux Jardins”,  le Jardin des Merlettes a organisé un parcours de biodiversité pour ses visiteurs. Il s’agit d’une promenade pour présenter quelques manières de favoriser la biodiversité dans les jardins simplement et à moindre coût.

Nous proposons ainsi quatre catégories d’actions jardinières faciles à mettre en œuvre, quelle que soit la taille ou l’organisation du jardin ou de l’espace vert dont on a la charge.

Gamme variétale

Penser à diversifier les espèces végétales plantées et favoriser les variétés locales. Plutôt que des espaces mono variétaux (pelouses, haies taillées uniformes…), penser à favoriser les espaces diversifiés (haies paysagères, pelouses ou prairies fleuries). Ainsi, le Jardin des Merlettes compte quelques espaces particulièrement étudiés pour leur gamme variétale : le fruticetum, la haie différenciée à l’ouest du jardin, la sauleraie, le petit bois et le verger conservatoire d’espèces fruitières bourguignonnes.

La haie en hiverPied de saule et nidLa haie au printemps

Observer la grande haie diversifiée du Jardin des Merlettes

Les techniques jardinières

Des techniques culturales simplifiées ont été adoptées pour simplifier la vie des jardiniers chaque fois que possible et lui permettre de se concentrer sur les tailles et les soins aux végétaux. Il suffit d’observer la structure du sol de son jardin et d’utiliser ses propriétés pour jardiner “avec la nature”. Parmi ces pratiques jardinières respectueuses de l’environnement :

  • Nous avons installé des bandes enherbées,
  • Nous aidons certaines fleurs à se naturaliser,
  • Nous laissons des espaces non fauchés (3 ans de suite sont nécessaires pour permettre au cycle des insectes de s’accomplir),
  • Nous essayons toutes sortes de paillage, minéraux et végétaux,
  • Nous pratiquons des fauches différenciées,
  • Nous ne labourons pas mais nous préparons les parterres en couvrant le sol de déchets végétaux (mulch), de cartons et de bâches, et
  • Nous utilisons du BRF (Bois Raméal Fragmenté).

Installation de parterres

“Terre d’humus”, le site d’un jardinier spécialiste en BRF

Le stage de paillages, compost et arrosage raisonné

Abris et nourriture

Prévoir des abris et de la nourriture pour les oiseaux, les insectes et les autres habitants du jardin : les ruches et les nichoirs, bien sûr, mais aussi une simple strate enherbée au pied d’une haie accueillera elle aussi les nids d’oiseaux et permettra aux insectes de passer la mauvaise saison. De son côté, un genêt plein de pucerons en toutes saisons servira de garde-manger aux coccinelles en hiver et leur permettra de se multiplier dès le début du printemps.

Parmi les postes d’observation recommandés au jardin dans cette catégorie : le rucher, la cafétéria à papillons, les nichoirs à oiseaux, les abris à forficules suspendus dans le jardin fruitier. Mais aussi les tas de pierres, les différentes strates végétales des haies (herbes, buissons, arbres), les genêts, les espaces laissés naturels depuis quelques années.

Cafétéria à papillonsBois creux de ronces et sureauCornouiller blanc

Recyclage des déchets

Reconsidérer le rôle des débris végétaux pour la santé du jardin : des tas de bois, d’herbes et de déchets de tailles placés en différents endroits du jardin servent d’abris et de nourriture à toutes sortes d’insectes décomposeurs et de bestioles qui préparent les réserves d’humus sous diverses formes (mulch, compost, etc.) qui seront utiles demain… ou après demain.

On rencontre ainsi au jardin un espace compostage (et différents tas de matière végétale ici et là), du BRF en pré-compostage, des tas de bois et de petits branchages et même un ‘champicomposteur’, une grande sculpture de grillage qui permet d’observer la variété des déchets végétaux qui peuvent être recyclés par les jardiniers.

Champicomposteur

Le champicomposteur, une sculpture développement durable


Laisser un commentaire